Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Question diverse
par Delta 38 Mar 6 Juin 2017 - 18:01

» Delta 38
par Droide archiviste Dim 4 Juin 2017 - 17:35

» L'accomplissement [Epreuve de Zia]
par Delta 38 Sam 3 Juin 2017 - 21:39

» Refonte des classes soldats
par Delta 38 Mer 31 Mai 2017 - 17:42

» Arbres d'évolution des classes
par Admin Mar 30 Mai 2017 - 23:14

» Zia La'arii
par Droide archiviste Mer 17 Mai 2017 - 18:15

Partenaires

The Living Force RP


Ancien Forum FJA

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


Les Chroniques perdues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Chroniques perdues

Message par Invité le Jeu 24 Avr 2014 - 19:32

Les Chroniques perdues


Voici les histoires d'anciens membres du clan FJA, qui ne sont aujourd'hui plus dans le clan, ou dont nous n'avons plus de nouvelles depuis quelques temps. Néanmoins, ils ont tenu, à l'époque, à laisser leur trace au sein du clan. Voici leur écrits :


Ecrit par Zayne :

je savais pas quoi faire donc j'ai décidé d’écrire l'histoire de mon perso ;p
j’espère que sa va vous plaire désolé des fautes et de tout autres erreur mais j'ai fais sa a la va vite voila bonne lecture

.....................................


Taris ma planète bien aimé. Cette planète urbaine situé dans la bordure extérieur.
Ben moi c'est la ou je vis enfin je me situe plutôt dans les bas fond de la planète ou la ville basse comme les gens riche la surnomme.
Ah oui excusé moi mon prenom est Zzayne voilà comment l'homme qui c'est occupé de moi ma appelé juste parce qu'il adorais l'histoire du Jedi Zayne carrick.
Je vis dans les bas fond de la planète Taris que je n’ai jamais quitté pour être honnête avec vous, je me débrouille comme je peut et j’attends que quelque chose se passe dans notre galaxie pour enfin vivre quelque chose de vrai !
L'homme qui s’occupait de moi se disais ancien jedi qui avait quitté l'ordre il était plutôt fou je pense mais c’était un brave type qui m'avais appris a faire bouger des choses sans les toucher et ma montré a allumer une arme qui s’appelait sabre laser enfin des trucks de jedi quoi, je pense que je regrette sa mort pour ainsi dire... C'est marrant quand ji repense, il me disait toujours il y a la force en toi, mais moi la seul force que j'ai c'est de me mettre toujours dans des sales histoires avec des bandes ou encore des gardes républicains
Bref ma vie na rien d'extraordinaire je me ballade avec une arme que je ne maîtrise pas et je fais volais des objets.
Mais grâce a ces tour de passe passe ''JEDI '' je pouvais manger gratuitement et me sortir de pas mal de mauvaises situations. Voilà le petit résumé sur moi...
Mon histoire commença un beau jour un nouveau gang de rodian voulu s'en prendre a moi pour de l'argent que je ne pouvais pas leurs rembourser et par dessus le marché il y avait la patrouille républicaine qui me chercher parce que je ne m’étais pas rendu a ma convocation dans leurs tribunal remplit d'hypocrite de gens complètement avares et avides de pouvoir. J'ai l'habitude de faire face a se genre de situations mais la les republcars avaient ramené un foutu jedi avec eux ! Je savais pas trop sur qui je préférer tomber, les rodians voulant ma tête ou les garde de la repubique corrompu. au final c'est le jedi qui ma eu.
La chose est que le jedi ne ma pas amené aux gardes mais il venait tout juste de me sauver la mise.
JEDI : tu as une vie dangereuse jeune homme
Zzayne : euh... si vous le dites
JEDI : Tu es beaucoup moins timide quand tu insultes les gardes de la république ou encore quand tu provoques des chefs de gang, enfin bref suis moi on y va.

Et voilà j’étais embarqué dans un vaisseau, un R41 je ne parla pas de tout le voyage et idem pour le jedi et son droid de protocole. La seul question que je me posais c'est,

DANS QUOI ME SUIS JE ENCORE EMBARQUE ???



Dernière édition par MasterChief le Jeu 24 Avr 2014 - 19:33, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques perdues

Message par Invité le Jeu 24 Avr 2014 - 19:33

Ecrit par Hormorn :


PRESENTATION


     Né sur la planète Togoria, j'ai grandi seul, a l'extérieur de la ville principale. Abandonné à la naissance, mon instinct m'a permis de survivre dans la jungle sauvage. "Comment ?" me direz-vous, c'est parce que je suis unique.

Mes différences leur font peur; ils m'obligent à rester hors de la citée. "Pourquoi veulent-ils m'empêcher d'approcher le savoir ?"

Je sens une force plus puissante en moi, une force incommensurable libérée par la colère de l'incompréhension. Ces émotions me détruisent et me reforgent.

En m'écartant de la civilisation; ils m'ont rendus plus fort.

    Depuis plusieurs jours, je me sens surveillé. Mais, cela ne vient pas des citadins, mais d'en haut: dans le ciel un vaisseau ne cesse de survoler mon repère.

Lors d'une banale chasse, un étrange humanoïde se présente a moi. Sa tenue sombre et son teint pal m'interpellent. L'étranger me fixe de son regard sanguinaire:

- "Viens avec moi, je t'enseignerai ce que tu veux savoir".

- "Mais qui êtres-vous ?"

- "Tu le sauras en temps voulu".

    Même après plusieurs semaines, ma soif de connaissance m'envahi, toujours plus, mais aujourd'hui, c'en est assez ! Ne suis-je pas rejeté de tous ? Je suis né seul, et puisque personne ne veut de moi, je ne veux de personne !

Comme un lâche, je brise la nuque de mon instructeur en l'attaquant dans le dos.

Pillant toute la demeure dans laquelle je fus accueilli, je m'en allai aux commandes d'un ARC-170 avec une tenue de Sith et un sabre laser à la ceinture.

Je travaille maintenant en solitaire; je suis un "chasseur de primes". Je n'approuve que mes propres idées, et propose mes services au plus offrant.

Je suis Togorien et mon nom est Hormorn.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques perdues

Message par Invité le Jeu 24 Avr 2014 - 19:36

Ecrit par Elydiasm alias Ströwengor :


De tous temps, Chalacta se fit connaître pour la sagesse de ses natifs, sa religion du Temple de l’Illumination proche des philosophies modernes et la prédisposition liée à ces conditions réunies de sa population à se tourner vers la force.

Or, dans ce monde, quoique très largement endoctriné, tous ne demeuraient pas semblables les uns des autres.

C’est ainsi que naquit Yedris Tesooba et qu’elle grandit. D’origine Naboo par ses grands-parents maternels, très tôt, elle se distingua des autres, préférant laisser les adeptes du Temple de l’Illumination qui lui servaient de professeurs à leurs paroles que trop répétitives pour ses tympans et ainsi goûter à ce qu’elle considérait comme étant la liberté en tant qu’enfant : explorer son monde, s’amuser dans la nature, s’entraîner au tir pour dégommer toutes sortes de bestiaux…
De cet esprit sauvageon, les autres êtres de ce monde s’éloignèrent, ils la rejetèrent, la considérant comme une ratée, une fille irréfléchie, ne sachant rien faire en société : ils l’abandonnèrent. Bien que ce ne fusse qu’implicitement et qu’elle ne l’éprouva qu’à travers son subconscient, ils l’abandonnèrent… Sans réellement elle-même savoir pourquoi, elle commença à les haïr, ne pouvant vraiment le crier haut et fort, elle refoula au plus profond de son cœur cette colère, développant son esprit avec cette rancœur cachée, son idéologie, la faisant devenir une très grande opposante au Temple de l’Illumination, combattant tant bien que mal cette « religion » et, au final, tout ce qui composait sa planète natale au vu de l’emprise de ces croyances sur la population de cette dernière.
Mais la religion de ce monde n’était pas là son véritable problème… Non. C’était les conséquences que cette dernière avait qui l’enrageait ! Haïssant le pacifisme abusif de son peuple, elle fut exilée pour une période de 6 ans après avoir dénoncé les abus Hutts sur les Chalactans émigrés et leurs transgressions à de nombreux accords communs avec Chalacta.

Sans lieu où vivre, elle rejoignit alors Tatooine, elle et ses spatioports de tous les rejetons de la galaxie, restant par la même occasion toujours près de ses ennemis, les Hutts, encore présents sur cette planète.
A Mos Eisley elle rencontra Fakim (Esulba de nom) dans un bar où elle tentait désespérément de passer ses journées et avec lequel elle partagea ses opinions, y trouvant même une âme la comprenant et se disant prête à la protéger de ces « vers gluants et répugnants pareil à des sangsues » -qui la tenaient sous très étroite surveillance- s'il le fallait.
Les deux amis tentèrent alors de rallier à leur lutte contre cette espèce et sa tyrannie sur ces régions de l’Univers quelques humanoïdes passant dans les environs durant ces six années et ils finirent par réussir à monter un réseau d'une vingtaine de contrebandiers, marchands, mercenaires ou simples villageois des alentours grâce à la réputation que s'était déjà forgé auparavant Fakim (celle d’un honorable pilote et tireur aux services du peuple).
Sa période d’exil forcé commençant à aller sur sa fin, sachant qu'elle ne serait plus sous la déjà mince protection gouvernementale de sa planète et qu'elle ne pourrait plus que quitter difficilement cette dernière, elle proposa à son désormais meilleur partenaire un plan dans le but désespéré de tenter de faire perdurer leur cause : elle lui demanda de l'enceinter tant qu'ils avaient encore la possibilité de le faire.
Le contrebandier accepta malgré de fortes réticences qu’il s’efforça de camoufler entre deux dents grinçantes et Yedris retourna sur sa planète cinq mois après cet acte, un ventre déjà bien marqué !

Quatre mois plus tard, elle accoucha dans l'anonymat le plus complet -au point d’en changer son nom- de Keydsaar Afsyress auquel elle dû laisser recevoir l'enseignement des Adeptes du Temple de l'Illumination jusqu'à ses quatre premiers printemps.
Une fois ceci fait, elle confia l’enfant à Rendnaar Kasar , un membre de leur réseau et contrebandier spécialisé dans le transport d'armes dont Fakim disait qu'il était l’un de ses amis les plus anciens (qui plus est, dans les deux sens du terme) et à qui il avait sauvé la peau plus d'une fois, preuve de son importance à ses yeux. Le jeune homme fut alors séparé de Yedris, ne la voyant quasiment jamais.
En deux ans, Keydsaar put ainsi observer et apprendre à en connaître presque sur le bout des doigts les trois-quarts des armes qui circulaient dans cette partie de la galaxie ! Et tout cela grâce à sa perspicacité liée à son innocence naïve et enfantine de son jeune âge et au fait qu’il ne cessait de suivre partout Rendnaar… ! Ce dernier était en effet devenu comme un père pour lui, lui qui ne savait réellement qui était le sien, sa mère n’ayant voulu le lui révéler et pour les protéger, et pour ne pas à avoir à lui expliquer les conditions dans lesquels il fut… conçu.

Hélas, cette période relativement calme ne dura qu’un temps. Keydsaar avait à peine 7 ans lorsque son père fut tué par un chasseur de prime à la solde du Hutt régnant en tyran sur le spatioport principal de la planète désert : Mos Eisly.
Le seul motif donné pour justifier cet acte fut celui de trahison de la part d’un Homme envers ses principaux « employeurs ». Malheureusement, cela se passa alors que « le réseau » semblait enfin se porter plutôt bien… !
Suite à la mort de leur leader, cette organisation commença à s’effondrer. Les têtes tombèrent rapidement les unes après les autres. En deux mois, plus du tiers des membres avaient péri.

Yedris en fut informée. Elle partie alors directement pour la ville où résidait Rendnaar pour y retrouver son fils et le mettre en lieu sûr. Or, lorsqu’elle arriva, ce fut un bien triste spectacle qui se présenta sous ses yeux : le quartier avait entièrement flambé ! Les autorités avaient voulu faire passer ce désastre pour un accident… mais par son instinct de mère et par sa confiance excessive envers le gouvernement de son monde elle ne se laissa pas duper.
De ce fait, elle alla vérifier le hangar de l’homme qui avait la garde de Keydsaar et constata l’absence de son Cargo Corellien, un XS Stock léger que l’aîné conservait par affection depuis de nombreuses années. Apprenant le départ de ce dernier pour Nal Hutta, la planète principale de cette ignoble espèce, elle comprit aisément ce que projetait de faire le dénommé « ami ». Immédiatement, et malgré le danger qu’elle risquait à s’exposer en dehors de son monde, elle vola l’un des vaisseaux encore présent et partit elle aussi pour la planète vers laquelle se dirigeait le XS.
Du fait de la rapidité du vaisseau qu’elle s’était procurée, elle put aisément rattraper le cargo dans l’espace de Toydaria, juste avant son escale sur cette planète.
Sachant pertinemment qu’elle se trouvait dans l’espace Hutt, elle savait aussi qu’elle n’en sortirait probablement pas vivante si elle se poserait sur la planète. Qu’importe. Elle suivit Rendnaar jusqu’à son atterrissage, descendit elle aussi de son véhicule et le rencontra directement sur sa plateforme après avoir accouru jusque là.


- Arrête ça toute suite ! Laisse-le !
-Oh oh ! Mais qui avons-nous là ? La mendiante de Tatooine ? La folle de Chalacta ? Qu’en penses-tu, toi ?


Ricanant, le regard haineux, une attitude sûrement trop confiante et sarcastique, l’homme s’était tourné vers le petit, lui qui semblait perdu, ne sachant quoi répondre…


- Ye… Yedris…. C’est vrai ce qu’il m’a dit sur toi ? Que tu voulais la mort de tous ceux qui croyaient en le Temple de l’Illumination ? Que tu… que tu… que tu t’étais pros… prostuti…
-Prostituée petit, prostituée… ! Oui. C’est vrai ! Cette dégénérée a crû pouvoir survivre en se servant de ton père ! Et aujourd’hui il est mort ! Voilà le résultat de ces douze dernières années ! Cette folle furieuse l’a fait sombrer lui aussi ! Et maintenant, c’est nous qu’elle veut achever !
-Taisez-vous ! Ne dîtes plus un mot ! Et toi, ne l’écoute pas !


Yedris sortit alors un blaster de son étui. Les mains tremblantes, elle le braqua sur le contrebandier.


-Ose encore ne serait-ce que bouger ces lèvres de s***** et tu crèveras !
-MAMAN ! NON !
-Ne t’en occupe pas ! Ca ne te concerne pas !
-Tu vois, Keyd, ta vie ne te concerne pas. Le pourquoi du comment, rien ne te concernera jamais avec elle. Tout est là uniquement pour elle ! Tu ne seras toujours qu’un objet brave serviteur de ses projets les plus malveillants à ses yeux ! Tu…
-SILENCE !


Sur ces mots, elle s’apprêta à tirer. Elle allait enclencher la gâchette lorsqu’un malaise intérieur vint la troubler, au plus profond d’elle même. Elle se sentit dès lors fort mal, baissant la tête, ne contrôlant plus que difficilement ses membres… quand soudain elle constata qu’une horrible pression s’exerçait sur sa gorge, invisible, éprouvante, malsaine ! Relevant les yeux en direction de son fils, elle comprit… Pleurant, paniquant, ce dernier ne voulait voir la mort de celui qu’il considérait comme étant son père… Il ne pouvait plus se retenir… Son corps semblait agir seul, dépourvu de volonté réfléchie, les larmes guidant ses moindres mouvements...


- Arg ! Mon… mon… fils… ! Pi…


Sentant qu’elle ne pourrait plus lutter très longtemps, elle réunit ses ultimes forces pour rediriger son arme sur le traître, appuya sur le détenteur puis… s’effondra à demi-morte sous les cris désespérés de son enfant… aveuglé…


RENDNAAR !!!!!!!!


Alors que sa mère étouffait sous le poids des larmes, un souffle bien trop court pour laisser à son cœur la force et de survivre et d’avoir encore de l’amour pour lui, le jeune être était auprès du corps foudroyé de son parent adoptif, lui qui avait tout été à ses yeux, son mentor d’un temps ne lui paraissant désormais que trop court, le seul à avoir réellement été là pour lui…
Au loin, alertée par le bruit issu de cette confrontation, la milice de mercenaires de la planète arrivait… Quand bien même il fut tué et que cela ne lui servit plus à rien, le vieillard avait réussi son coup… Ce fut l’ultime pensée de Yedris Tesooba, elle qui savait les faiblesses des Hommes et qui avait compris que cet « ami » retrousserait bien vite ses manches pour ses anciens maîtres s’ils venaient à devenir menaçants, au point d’aller leur offrir en pâture des membres qui lui tenaient grandement à cœur, jusqu’à son pseudo fils.
Les créatures répugnantes qui formaient la patrouille rejoignant Keydsaar ne s’encombrèrent que bien peu des corps auprès du gamin, préférant voir ici une somme d’argent à récupérer en faisant de ce dernier un esclave pour les Hutts !
Ils les jetèrent alors dans la nature, les laissant pourrir. Le soir tombé, ils rejoignirent le palais de celui qui les avait recruté : Mafab alias Mafab le Noir.
Le gosse ne rapporta qu’une mince somme d’argent aux mercenaires mais cela leur suffit. Ces choses hideuses savaient que satisfaire Le noir c’était ne pas être forcé à ne plus pouvoir le servir pour… problèmes de santé.

L’enfant passa ainsi sa jeunesse aux services de son maître, à ravaler sa rage tout en tentant de se remémorer les principes et instructions du Temple de L’Illumination. Il devait d’ailleurs fréquemment serrer les dents face aux maltraitances que Mafab lui faisait subir pour son plaisir personnel, entre la magnifique et merveilleuse beauté d’un palais de débauches et les nombreuses virés dans l’espace à bord d’une frégate impériale (obtenue après quelques « négociations musclées » dans une cantina locale).
Perturbé au fond de lui et malgré la souffrance qu’il éprouvait, ces années passèrent vite pour le Chalactan. Il s’habitua au mal, à la douleur, la débauche, les bagarres et tout ce qui faisait la vie d’un vers de Toydaria, tentant généralement de les ignorer, les repousser, espérant que quelqu’un puisse le sauver de cette horreur qu’il affrontait chaque jours. Ce qui arriva.

La guerre omniprésente dans la galaxie avait poussée les planètes de l’espace Bothan à améliorer leurs défenses spatiales et ce notamment par l’intermédiaire de nouvelles flottes de patrouille. Le hobby favori du Hutt restait de s’amuser à anéantir à coups de missiles les cargos marchands inoffensifs qui n’empruntaient pas la passe corellienne ! Hélas pour lui, ils étaient rares entre Toydaria et Bothawui, ce qui le poussait généralement à s’attaquer par impatience à tous les vaisseaux qui passait !
Cette impatience le perdit. Un jour, près de la planète Krant, à la recherche de petits vaisseaux à annihiler, à savourer bien délicatement et goulûment, il eut la malchance d’ordonner une attaque sur un transport d’espions bothans protégé à distance par les tout nouveaux vaisseaux de cette faction !
La première salve à peine envoyée, quatre frégates coréliennes de nouvelle génération sortirent de l’hyper espace pour défendre le transporteur. En deux trois mouvement, l’ex vaisseau impérial était neutralisé, de même pour le Hutt à son commandement et les esclaves furent libérés.

C’était la un jour de grand bonheur pour Keydsaar ! Il avait atteint ses quatorze ans quelques semaines auparavant et il se retrouvait désormais libéré et pris en charge par des humanoïdes non corrompus ! Qui plus est, sous le commandement d’un maître jedi ; une Twi’lek du nom d’Asetha Tseyle en mission pour accompagner et former l’espèce native de Bothawui aux combats spatiaux avec les nouveaux modèles d’armes livrés il y a peu.
Asetha, de part son rang et son expérience sentit le potentiel qu’avait le jeune Chalactan, elle le prit sous son aile. Officiellement, Keydsaar Afsyress était porté disparu, dans les faits, il était devenu le padawan de la jedi, suivant son enseignement malgré le côté obscur de son âme contre lequel il luttait sans vraiment s’en rendre compte et que son maître ne voulait mettre au grand jour, croyant en un avenir meilleur pour lui.
L’adolescent grandit, apprit bien des choses sur l’Ordre Jedi, l’Ordre Sith et l’Univers connu, s’entraînant sans relâche sur Krant, accompagnant même parfois Asetha dans certaines de ses missions et ce jusqu’à ses vingt ans.

A cet âge, la jedi eut la bien mauvaise idée d’aller l’emmener avec elle en mission sur Toydaria, aller faire prisonnier un Hutt déjà bien connu par les services secrets bothans pour ses écarts que trop importants vis-à-vis du système de ces derniers…
N’ayant pas été informé sur la dite mission et étant de nature fort prudente, ceci lié à son passé où s’entremêlèrent éducations de Chalactans, de contrebandiers, de jedi et les malheurs qu’il connut entre les Hutts et la mort qu’il vit de fort près, le dorénavant considéré comme étant au niveau des Chevaliers de la force par son mentor sentait monter en lui un bien mauvais pressentiment plus le vaisseau approchait de sa destination finale… Il comprit dès qu’il constata qu’il s’agissait de cette planète maudite où il passa sa jeunesse pareil à un prisonnier !
Or, comme on lui avait appris, il essaya de se contrôler, combattant alors les bestiaux gluantes et visqueuses et tout ceux qui s’opposaient à lui et à celle qui l’accompagnait du mieux qu’il pouvait afin d’atteindre le propriétaire de la demeure et le mettre en état d’arrestation.
Mais horreur pour le disciple ! Le personnage principal de la mission était Mafab ! Même si Asetha était présente, Keydsaar ressentait en lui la haine, l’envie de tuer ce personnage hideux, lui qui avait anéanti son enfance, lui qui l’avait tant fait souffrir, lui qui… Il allait trancher l’abomination qui lui servait de tête lorsque son sabre fut contraint à organiser un feu d’artifice d’étincelles surprise !


- N’oublie pas la mission…


Malgré le sabre de sa supérieure qui l’empêchait d’aller trancher un tant soit peu plus loin, il rageait intérieurement, tentant de le cacher… Les poings serrés, le regard changé, noir.


-Non… Je ne...


Asetha repoussa alors le sabre du Chevalier jedi qui n’avait pas encore achevé sa phrase et éteignit le sien. Elle lui tourna le dos, lentement.


-Bien. Je ne te laisserai pas le faire. Si tu veux sa mort, tu devras me tuer.


Keydsaar ne réfléchit quasiment pas à ce que venait de dire la Twi’lek. Il se remémora tous ces coups qu’il reçut et ce sentiment d’impuissance qu’il éprouvait sans cesse face à ce monstre ! Non, il était aveuglé, comme il y a des années de cela, cette chose qu’il ne comprenait ni ne voulait resurgissait en lui, ce côté obscur. Il réattaqua avec puissance le Hutt tout en hurlant de rage ! Observant à nouveau que son sabre avait été bloqué, il recommença, encore et encore, toujours, sans arrêt, frappant, criant et sortant tous les sentiments qu'il avait pendant si longtemps laissé de côté !... Puis il entendit une lame s’éteindre... alors il lança le coup ultime et trancha son mentor qui se trouvait sabre fermé entre lui et Mafab, tuant le vers par la même occasion.
Dans un état second, il prit le sabre de son maître, partit avec le vaisseau et partit pour Coruscant…
Sur le chemin, il se rendit compte de sa désastreuse erreur… A présent, il savait le mal qu’il avait en lui... Il se rappela avec amertume cette question d’Asetha qui lui avait demandé quel était son objectif dans la vie et auquel il répondit la justice, la paix… Et il constata sa triste existence… Son désir refoulé de vengeance… Il prit peur… Resta de longues heures en orbite au-dessus de Coruscant avant de finalement se décider à atterrir pour se présenter au Temple des jedi, demandant à en devenir un, ce qu’il devint.
On lui accorda aisément le grade de Chevalier jedi et aujourd’hui Keydsaar Afsyress est encore considéré comme étant l’un des éléments les plus prometteurs... A croire que cacher le trouble qu’il a en lui, ses fragilités psychologiques et son passé ont réussi à lui faire atteindre un niveau fort satisfaisant… Pour le moment.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques perdues

Message par Invité le Jeu 24 Avr 2014 - 19:39

Ecrit par Marc6829


Je suis né sur la planète Kafane et j'ai grandi dans l'exploitation. Je me suis échappé de ma planète d'origine pour ne trouver que la misère sur la planète morte Coruscant capital de l'absurde.

J'étais dans les bas-fonds ou se trouve la crasse de toutes une population oublier. J'ai fait partie de plusieurs groupes insurrectionnel. Toujours a résisté au coups des garants de l'ordre moral. Que ce soit pendant le règne de l'empire ou l'apogée de la nouvelle république rien n'as changer pour nous. On as la haine et on veut tout brûler. Je n'ai jamais eu de partie car je les hais tous. L'empire, Les siths, Les hutts, Les syndicats, La république, L'ordre Jedi, Les séparatistes‎, Les flics, Les gouvernements, Les institutions...

Avec le temps dans cette vie de déchets les choses ne se sont pas amélioré. Beaucoup de mes compañeros on fini soit tuer, blessé, en taule ou corrompue. J'ai choisi de quitter coruscant pour aller loin très loin. Je suis arriver sur une planète donc je tairai le nom.

Une planète ou il y avait pas grand monde a part quelques tribus divers. Cette endroit était sous le contrôle de personne et n'avais pas de commerce et d'industrie ni de temple jedi. Mais il y avait des utilisateurs de la force qui refusais qu'on les nommes jedi ou sith ou même jedi gris. Cette communauté vivait au plus profond de la forêt. C'est la que j'ai appris a maitriser la force. Et c'est la que la première fois de ma vie je me suis senti bien.

Un jour la république s'installa sur cette planéte pour y exploiter les ressources. Ils Importait des travailleurs venu d'ailleurs et essayer de domestiqué la vie de la planète. Beaucoup voulais gardé leur vie d'origine et refuser de travailler dans les champs ou dans les infrastructure de la république qui s'était construit. La nouvelle république prétendait laisser les gens vivre comme ils voulait mais en pratique ce n'est pas ce qui se passait.
Il y eu même certain conflit armé ou la république maitrisa les révoltes de manière violente.

Cette endroit était devenu comme la vie de merde que j'avais vécu avant. Avec mes compagnons utilisateur de la force on décida de saboter les installations Républicaine et de partir de cette planète et d'aller sur Pil Diller qui est une planète primitive et tranquille. Jusqu'à quant ?. Alors on va pas se laisser marcher dessus une fois de plus. On veut détruire toutes civilisations car elle pillent les terres, détruisent les écosystèmes, empêchent les peuples autochtone et les individus de vivre comme ils le veulent... Comme je l'ai déjà dit on as la haine et on veut détruire leur monde de merde et retourné a l'état sauvage !




Quelques citations de mon personnage.

" Ils sont sur de tout maitriser. De savoir ce qui est juste ou non. Mais en réalité toutes ordre est voué a l'échec car la seule réalité c'est le chaos et le hasard. "

" Leur monde artificiel est une chimère car il est anthropocentrique "

" La mégamachine technologique finira dans la rouille. telle est sa finalité dans un univers infini "

" Mais pourquoi s'obstiner a baiser nos chaines. Nous avons pas besoin de leur contrôle car chaque individu est l'unique "

" je n'ai basé ma cause sur rien "

" Les ruines sont riches d'enseignement"

" La Civilisation c'est le serpent qui se mord la queue. L'éternel retour au même (Néant)."

" L'autodiscipline équivaut a sa propre exploitation. Notre corps devient une prison de chair et d'os qui enferme notre esprit. "


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques perdues

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum