Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» DarkCoco, pour vous servir
par Delta 38 Ven 17 Nov 2017 - 17:05

» Réouverture des serveurs de Battlefront 2
par Delta 38 Mer 4 Oct 2017 - 19:42

» Liens et images en vracs
par Delta 38 Jeu 10 Aoû 2017 - 18:09

» Question diverse
par Delta 38 Mar 6 Juin 2017 - 18:01

» Delta 38
par Droide archiviste Dim 4 Juin 2017 - 17:35

» L'accomplissement [Epreuve de Zia]
par Delta 38 Sam 3 Juin 2017 - 21:39

Partenaires

The Living Force RP


Ancien Forum FJA

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Chroniques de l'Ancien Clan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:10

*** Les chroniques du clan ***

J'ai écris ces chroniques qui narrent les aventures RP du clan FJA, qui se sont passées entre Avril et Août 2013, quelques mois après que le clan ait été crée.


L'introduction qui a lancé ces Chroniques

La paix, la plénitude et le silence sont les compagnons du jedi. Conserver cette part de mystère que chacun a.
Maintenir cette aura d'élégance et de classe saupoudrée de la noirceur et du maléfisme de ses rires diaboliques lorsque, d'une passe sobre et admirable, Elle arrache le souffle de vie du malheureux inconscient qui a osé la défier, et dont la dernière pensée sera le baiser mortel de cette lame rouge qui transperce son coeur.

Dans cette dernière étreinte qu'Elle prodigue, l'âme s'envole, en proie à l'effroi et la terreur la plus profonde, livrée aux affres de la mort, mais aussi hantée par cette dernière image gravée dans les méandres de son être qui s'évapore, cette silhouette rouge drapée d'un noir plus sombre que la nuit, fascinante et mystique, et qui noie dans l'ensorcellement et le tourment les âmes qui l'ont croisée pour le reste de leur éternité.

Un éclair rouge dans la nuit. Une lame noire dans le sang. Un rêve dans la mémoire de ses victimes. Un cauchemar dans l'esprit de ses ennemis.

Les morts se tordent devant son ombre, terrassés par le seul souvenir du coup fatal qui les a déchu. Ce n'est pas la douleur, mais ce tourment sans fin, fascinant et terrible, qui ronge leur raison, et arrache un à un les lambeaux de ce qu'il leur reste de folie.

Elle rit des souffrances qu'Elle inflige, du désespoir qu'Elle inspire, seule élue digne du pouvoir obscur, Reine des forces ésotériques, marchant avec la dignité de son rang, la cruauté de sa puissance et l'élégance de sa splendeur.


* * *

Le trône de Miss roxx

« Mando a rejoint les jedis. Il nous a trahi, maîtresse. » annonça la jeune twi’lek à la peau jaune, agenouillée au pied des marches. Elle retint son souffle, attendant la réaction de la sith. Les secondes s’écoulèrent, beaucoup trop longues au goût de la jeune femme. Enfin, la maitresse répondit sur un ton étrange : « Je te remercie pour ces informations. Laisse-moi à présent. ». La jeune twi’lek se redressa et sortit de cette salle plongée dans la pénombre, éclairée par quelques torches luxueusement sculptées dont les flammes diffuses créaient des ombres sournoises sur les tapis de pourpre et de noir.

Assise sur son trône sombre, miss roxx réfléchissaient aux mots de sa servante. Elle avait sélectionnée et pris sous son aile plusieurs jeunes twi’lek qui avaient connues les affres de l’esclavage. La colère habitait leurs cœurs et alimentait leur haine et leur cruauté, les rendant plus sensibles au côté obscur de la force. Mais elles étaient aussi entièrement dévouées à miss roxx, qui était un exemple pour elle, une twi’lek à la peau rouge puissante et crainte, qui avait su se tailler elle-même une destinée dans le sang de ses ennemis, dans une galaxie où beaucoup d’êtres de sa race étaient réduits en esclaves d’agrément. Miss roxx se leva de son trône et s’approcha des flammes.

Ainsi, le stupide, le misérable Darth Mando avait-il laissé ses sentiments obscurs pour se consacrer au bien. Il avait changé de sabre et avait rejoint cette ridicule confrérie jedi. Elle eu une expression de haine et de fureur. Oooh il allait le payer cher, très cher. Elle saisit son sabre laser et le caressa entre ses doigts, effleurant les rubis incrustés dans le manche et qui tentaient vainement d’égaler l’éclat de leur maitresse. Une émotion familière revint en elle, celle éprouvée lors de ses traques, lorsqu’elle arrachait le dernier souffle de vie de ses victimes stupéfaites. Un sourire féroce éclaira son visage : « Que la chasse commence… » pensa-t-elle.


Dernière édition par MasterChief le Mer 7 Mai 2014 - 13:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:13

L'union fait la force

Miss roxx éclata de fureur. Mando lui avait échappé! Mais ce n’était plus seulement contre lui qu’elle en avait ! Sous la pluie battante, elle marcha et récupéra son sabre au sol. Elle avait traqué Mando jusque sur cet avant-poste de la planète Dosuun, emplit de vieux conteneurs de carburant et d’armes anciennes. Le combat aurait pu débuter facilement. Mais il avait senti sa présence et activé son sabre. Qu’importe, Miss roxx avait pensait que, privé de ses pouvoirs obscurs, il ferait une cible facile. Elle avait avançé lentement vers lui. « Ce n’est que maintenant que tu viens me tuer ? l’avait provoqué Mando, tu as mis du temps à me retrouver, le côté sombre obscurcit tes sens ». Miss roxx s’était contentée de sourire et avait levé son arme. La lame bleue et la lame rouge s’étaient entrechoqués dans un crépitement d’étincelles. Le duel était engagé. Elle avait asséné coup sur coup, et même s’il était très habile et rapide, Mando ne résisterait pas longtemps sous ses coups avait-elle pensé. Cependant, Mando avait paru étrangement calme. C’était donc cela le ridicule pouvoir du bien ? Regarder la mort en face le visage neutre ? Alors que le côté obscur permet de survivre et de rire face à la faucheuse ! Non, il devait y avoir autre chose.


De son côté, Mando s’était contenté de parer les coups. S’il était dangereux de s’attaquer seul à la sith, il avait repéré la présence d’alliés non loin de lui et leur avait transmis un appel à l'aide à travers les voix lumineuses de la force. Sur l’instant, il avait juste attendu. Il avait bloqué le sabre de miss roxx, puis esquivé l’un de ses coups de pieds dévastateurs, lorsque soudain, poussant un cri de guerre assourdissant, Steboon avait jaillit par-dessus le mur d’enceinte de l’avant-poste, les bras écartés pour se donner un air impressionnant. Miss roxx s’était contentée de l’accueillir d’un bon coup de pied dans le ventre qui l’avait envoyé rouler un peu plus loin. Trop arrogant avait-t-elle pensé, il devrait être plus concentré, tant pis pour lui. Elle l’avait rejoint d’un bond prodigieux et avait voulu abattre son sabre sur lui. Mais la lame avait été bloquée par un autre sabre. Surprise, elle avait vite sauté en arrière pour se placer hors de portée des nouveaux attaquants et les jauger.


Preds64 était avec Steboon et avait bloqué le coup. Il lui avait tendu une main pour le relever et avait commenté : « Tu es trop arrogant et trop pressé, ça te joue des tours ». Steboon l’avait pris avec le sourire et répondu : « Ok, cette fois, j’y vais doucement et je la DEFONCE ! ». Les trois jedi avaient couru vers Miss roxx et un affrontement terrible s’était engagé sous la pluie qui avait commencé à tomber. Les trois lames de Preds64, Steboon et Mando avaient projeté des pluies d’étincelles en étant parées par la lame rouge sang de Miss roxx. Les corps et les lasers avaient tournoyé dans un ballet incessant de couleurs et de chocs. Qu’importe, la sith finirait par les tuer tous, elle en avait été certaine. Elle avait commencé à rassembler son côté obscur pour les terasser. Mando était agile, Steboon portait des coups puissants, Preds64 était rapide. Voilà un défi à sa hauteur avait-elle pensé. Sauf qu’il y avait eu ce stupide Lucanakin qui était encore arrivé en renfort. Miss roxx avait sauté de côté pour s’éloigner des trois premiers jedis. Et Lucanakin, qui avait couru vers eux, avait trébuché sur une racine de la végétation qui avait commencé à envahir le vieux fort au fil des ans. En tombant, son sabre avait volé et était allé se ficher dans une vieille citerne de carburant, laquelle avait explosé. Miss roxx, la plus proche, avait dû détourner tout son pouvoir pour se protéger de l’effroyable explosion. Les quatre jedis étaient plus loin. Une pluie de débris s’était abattue sur la sith et les jedis.


Sortie de sous les débris, Miss roxx éclata de fureur. Mando lui avait échappé! Mais ce n’était plus seulement contre lui qu’elle en avait ! Sous la pluie battante, elle marcha et récupéra son sabre au sol. Les quatre jedis, moins touchés, avaient fui. Ils s’étaient dérobés à elle grâce à une stupide maladresse de l’un des leurs ! Un sombre sentiment de colère, de détermination et de désir de meurtre grandit en elle. Elle retourna à son vaisseau, prit son datapad, et chercha le nom de Lucanakin. L’écran afficha : résidence : Naboo. Elle décolla. Mais avant de se rendre immédiatement sur la paisible planète, elle décida d’aller chercher du renfort. Cela pourrait être utile.



Participez à la vraie bataille Sith VS Jedi sur Naboo :
http://jkhub.org/files/file/465-battle-on-theed/
ou
http://jkhub.org/files/file/331-ffa-episode-1-2004/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:14


L’escarmouche de Naboo - Partie 1

Lucanakin fit un large bond tout en poussant un cri aigu de frayeur pour éviter la poutre métallique qui alla se fracasser contre un chasseur N1-Naboo arrimé à son socle. Ironman le nargua : « tu ne pourras pas m’échapper indéfiniment. Je finirai tôt … » Il se retourna soudainement et poussa un juron dans son casque en voyant deux chasseurs N1 sans pilote fusant vers lui. Il usa de la force pour faire un bond prodigieux au moment où les deux flèches au fuselage or et argent s’écrasaient au sol en une terrible explosion de flammes et de débris qui le soufflèrent à l’autre bout du hangar. Le bâtiment entier en fut secoué. Steboon contempla son œuvre puis s’adressa à Lucanakin : « Alors on hurle face à un simple Sith tout seul ? Heureusement que je suis là.
- C’est bon, je gérais parfaitement la situation, répondit l’intéressé d’un air un peu vexé.
- De là où j’étais, je t’ai surtout entendu crier, le taquina le Jedi.
- Ben… oui… mais c’était genre un cri de guerre pour impressionner et me donner du courage » tenta de se rattraper Lucanakin. Steboon se retourna vers Preds64 et se vanta : « tu as vu ça ? J’ai balancé deux énooormes vaisseaux en même temps ». Le maître soupira : « Ce n’est pas la taille de l’objet qui compte, Feu maître Yoda l’avait bien expliqué. Tout n’est qu’une question de…
- Ouais ben tu m’expliqueras plus tard, y a du Sith à casser là » le coupa Steboon. Preds64 regarda Lucanakin en levant les yeux au ciel et ce dernier haussa les épaules. Après tout, Steboon était Steboon. Il s’avança vers le fond du hangar où avait été projeté Ironman, essayant d’y voir plus clair dans le décor encombré de flammes et de fumée. Lucanakin paniqua : « Et moi, comment je me bats sans mon sabre ? » Preds64, son maître Jedi, le rassura : « Ne t’inquiète pas, je reste avec toi. Essayons de retrouver Mando ».

* * *

Le sabre en question avait été détruit dans l’explosion d’une citerne sur la planète Dosuun, lors d’un affrontement contre Miss Roxx. Profitant de la diversion causée par l’effondrement d’une partie de l’avant-poste dans lequel ils combattaient, les 3 Jedis avaient fui avec Mando. Ils s’étaient d’abord rendus à l’académie de Yavin et avaient relaté les évènements auprès du maître Luke Skywalker. Puis ils avaient raccompagné Lucanakin sur sa planète natale, Naboo, dont l’aura familiale et rassurante l’aiderait à trouver la quiétude nécessaire à la confection d’un nouveau sabre laser.

* * *

Quelques heures après leur départ de l’académie, maître Skywalker avait convoqué Jaeden et Leeroy et leur avait fait part d’inquiétudes en ces termes : « Je viens de ressentir des perturbations sombres dans la force. Elles entourent les maîtres Mando, Preds64 et Steboon, et Lucanakin. Je crains qu’il ne leur arrive malheur dans un temps prochain. Aussi, je souhaiterais que vous aussi partiez pour Naboo. Cependant, avec la menace Sith qui semble avoir crû d’après leurs paroles, vous irez incognito. Vous serez à bord du vaisseau-cargo d’un mercenaire que je connais. Je l’ai sauvé lors d’une de mes missions il n’y a pas très longtemps et il a une sorte de dette envers moi ».

* * *

Les trois maîtres et Lucanakin étaient arrivés sur Naboo. Leur vaisseau, le Jumelance II, avait survolé les magnifiques paysages de la paisible planète : collines verdoyantes, forêts touffues et lacs profonds. Ils avaient admirés la capitale de Theed apparaître dans une lenteur majestueuse à travers la verrière. Aux commandes, Preds64 avait saisi le comlink et annoncé leur arrivée : « Ici, le Jumelance II, vaisseau diplomatique Jedi. Nous demandons autorisation de pouvoir atterrir ». Il avait ensuite réitéré sa question mais personne ne répondait. « Regardez, les portes du hangar sont ouvertes, avait remarqué Lucanakin.
- C’est anormal, avait murmuré Mando sur un ton étrange.
- Je vais quant même me poser et nous allons vite éclaircir cette situation » avait alors décidé Preds64. Réduisant la propulsion, il avait activé les anti-gravs. Le Jumelance II avait pénétré lentement à l’intérieur du hangar de la ville, en direction des balises d’atterrissage. C’était un beau vaisseau aux motifs détaillés mais il faisait pâle figure face à l’élégance de ceux de Naboo, dont les coques aux formes élancées étaient peintes en couleurs d’or et d’argent. Une fois posés, Mando avait décidé d’aller faire un tour au poste de contrôle pour clarifier la situation. Pendant ce temps, ses trois compagnons s’étaient affairés aux préparatifs habituels d’atterrissage et de décollage. Une fois ces derniers terminés, Steboon avait souri à Lucanakin : « Bon, fais-nous visiter un peu ta ville. J’ai envie de prendre du bon temps et de me désaltérer un coup ». Mais il n’avait pas encore approché de la porte que les deux battants de celle-ci avaient déjà commencé à coulisser lentement. Derrière s’était dessiné une silhouette dont on pouvait dire que la seule présence n’augurait jamais rien de bon.

« Ironman… » avait murmuré Preds64. Derrière l’armure teinte de sang et d’or se tenait également Alden Scarles. « Lucanakin, reste en arrière » avait ordonné le Jedi tandis que lui et Steboon avait activé leur sabre laser. Alden s’était brusquement précipité vers Preds64, un sourire féroce sur le visage, tandis qu’Ironman avait décidé de débuter par une de ses impressionnantes démonstrations de force face à Steboon et Lucanakin. Il avait soulevé diverses caisses et les avaient projeté en vrac vers les deux Jedis qui avaient dû s’appliquer à les esquiver. De son côté, Alden Scarles avait engagé un combat brutal face à Preds64. Levant bien haut sa lame, il l’avait abattu avec force contre celle du maître Jedi, puis avait enchaîné par un large coup circulaire paré de justesse. Gagnant en assurance, Alden avait poursuivi avec plusieurs pirouettes mortelles. Plus rapide à chacune de ses frappes, il était entièrement concentré sur sa volonté de terrasser un Jedi. Ce dernier, ayant remarqué que le jeune Sith ne prêtait plus attention au reste, avait envoyé une indication mentale à Lucanakin. Laissant quelques instants Steboon seul face à la violence d’Ironman, Lucanakin s’était alors discrètement concentré sur la force pour soulever un chariot et l’avait envoyé valser en direction de Preds64 et Alden. Dans une parfaite synchronisation, le maître s’était esquivé au dernier moment et le Sith avait été frappé de plein fouet et emporté à travers l’entrée du hangar. Le maître Jedi avait de suite activé la fermeture de la porte, puis détruit la console de commande avec son sabre. « Celui-ci ne nous posera temporairement plus de problèmes » avait soufflé Preds64.

Ironman avait vu que Alden venait d’être mis hors de combat. Il avait rugi de fureur et avait laissé la puissance du côté obscur envahir son âme et se répandre dans son corps. Grâce à elle, Il avait précipité la plus grosse caisse en direction de Lucanakin qui l’avait évité de justesse en criant de frayeur. Le Sith à l’armure flamboyante s’était alors soudainement retourné et avait bondit pour éviter les deux chasseurs N1 qui fusaient vers lui. Le souffle brûlant de l’explosion l’avait alors propulsé à l’autre bout du hangar dans un déluge de débris et de flammes...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:19



L’escarmouche de Naboo – Partie 2

Le cargo Suwantek TL-1100 filait au milieu de l’hyperespace à une vitesse que la majorité des autres transports de marchandise peinait à atteindre. De l’extérieur, il ressemblait à n’importe quel autre cargo aux yeux des gens normaux. Cependant, un regard averti aurait vite décelé les nombreuses modifications, légales ou pas, que son propriétaire avait ajouté au fil des ans, chaque fois qu’il se retrouvait avec un gros paquet de crédits acquis pour des boulots eux aussi très peu légaux.

A son bord, Jaeden contemplait les étoiles défiler. Les lueurs croissaient en douceur, puis déclinaient tout aussi lentement sitôt que le vaisseau les avait dépassés. Il se tourna vers le pilote, un Rodien sympathique : « Quand arriverons-nous, monsieur… ?
- La Mouche, répondit celui-ci. Nous serons à Naboo dans moins de quelques heures. »
Jaeden vint s’assoir à ses côtés et engagea la conversation :
« Vous êtes mercenaire ? demanda-t-il. C’est rare d’en voir travailler pour les Jedis.
- Oh, du moment que c’est payé. Mais je préfère tout de même éviter les contrats trop risqués. Moi, je reste sur la petite contrebande, les trucs pas trop dangereux. »

« J’avais un frère qui n’avait pas la même mesure, raconta alors La Mouche. Une vraie tête brûlée. Il s’est frotté à Jabba et toute la mauvaise engeance qui tourne autour. Greedo qu’il s’appelait… »
Il fut interrompu par Leeroy faisant irruption dans la cabine : « J’ai un peu inspecté le vaisseau. Vous ne transportez aucune marchandise, c’est bien étrange. » Le Rodien sembla rougir, ou plutôt verdir.
« Ce Suwantek possède combien d’armes ? poursuivit Leeroy. Tout ça ne me semble pas très règlementaire…
- Juste des turbolasers conventionnels et quelques petites torpilles de rien du tout… » se tassa soudainement La Mouche.

* * *

Au milieu des débris et de la fumée, Iron Man se releva. Malgré les chocs reçus, son armure n’avait pas la moindre petite éraflure. Sous son casque, un sourire mauvais s’étira sur son visage. Issue des dernières recherches en matériaux et avancées technologiques, sa combinaison était un atout mortel. Grâce aux différents filtres et scanners des lentilles optiques de son casque, il pouvait parfaitement voir et entendre les trois Jedis.

Iron Man s’avança d’un pas conquérant vers ses adversaires. Ceux-ci furent surpris et se mirent en position défensive lorsqu’ils virent quatre sabres jaunes et rouges s’illuminer dans la fumée et la poussière en suspension de la partie détruite du hangar. Iron Man s’approcha lentement du Jedi le plus proche et leva bien haut l’un de ses bras. Steboon, Preds64 et Lucanakin constatèrent que les sabres du Sith étaient directement intégrés dans la protection de ses poignés.

Steboon évita de justesse les lames mortelles lorsque le Sith abattit lourdement son bras à l’endroit où il se tenait une seconde avant. Preds64 voulut en profiter pour porter un coup rapide mais Iron Man le para aisément de son autre bras. Sûr de lui, il commença à enchaîner les frappes contre les deux maîtres Jedis. En retrait et privé de sabre, Lucanakin essayait de trouver tant bien que mal une stratégie pour arrêter le colosse de métal. Avec la force, il envoya en direction du Sith quelques débris qui trainaient, mais ceux-ci, trop légers, n’avaient que peu d’effets.

Les Jedis reculèrent. « On bat en retraite » ordonna Preds64. Lucanakin vit une console dans le mur et courut l’activer. Une porte massive commença à coulisser. « Par ici » s’écria-t-il. Les deux maîtres continuèrent de parer les coups d’Iron Man dans de grandes gerbes d’étincelles tout en se dirigeant doucement vers Lucanakin. Sous son casque, Iron Man eu un sourire de satisfaction. Comme prévu, il repoussait les Jedis vers les passerelles de maintenance des puits à plasma de Theed, la source d’énergie de la ville.

Lucanakin pila sec : il avait failli tomber dans le vide. La pièce était en fait une immense salle constituée de passerelles reliant des tubes qui plongeaient dans les profondeurs de la planète pour en extraire les ressources. Preds64 et Steboon le rejoignirent. Avec horreur, ils se retournèrent. Il était trop tard, Iron Man s’avançait vers eux, prêt à en découdre, et il avait activé la console des portes pour les empêcher de fuir. Les lourds battants se refermèrent sur eux quatre avec un bruit sourd.

* * *

Mando monta la volée de marches qui menait au poste de contrôle aérien de Theed. Une étrange sensation étreignait son cœur, un pressentiment sombre et inquiétant. Il annonça sa présence dans le microphone à côté de la porte mais personne ne lui ouvrit. Mando activa son sabre et entreprit de se découper un passage au travers du métal.

Les contrôleurs étaient affalés sur les pupitres de commande, morts. De larges brûlures de sabre laser parcouraient leurs corps. Le Jedi reconnut la signature de ses anciens maîtres Siths. Il aurait dû se douter que Miss Roxx ne resterait pas sur sa défaite de Dosuun. Soudain, il ressenti un changement d’émotion chez ses trois compagnons Jedis. Il semblait qu’un adversaire redoutable les avait attaqués.

Mando sortit en trombe du poste de contrôle pour aller leur prêter main forte. Il dévala les escaliers et jaillit dans le vaste corridor qui bordait le hangar. A l’autre bout, une silhouette familière était en train de se relever. Mando pila sec : la silhouette était Alden Scarles, un jeune Sith.

* * *

Miss Roxx approcha du bâtiment abritant le port spatial de Naboo. Elle se glissa par une porte de service et tomba sur Alden Scarles. A quelques dizaines de mètres de lui se trouvait Mando. Mando le lâche, celui qui les avait ignominieusement trahis au profit des Jedis. Sa fureur s’éveilla mais Miss Roxx la contint. Elle avait une mission autrement plus importante à remplir. Imperturbable, elle ordonna froidement à Alden : « Tue-le ».

* * *

A l’ordre de Miss Roxx, Mando s’était mis à fuir. Si elle ne l’attaquait pas personnellement, c’est qu’elle avait un autre plan plus ambitieux en tête que son simple assassinat. Et Alden était un obstacle suffisamment entraîné pour le retarder et l’empêcher de découvrir ce qu’elle comptait faire. Aussi devait-il le semer au plus vite. Mando remonta au poste de contrôle, ouvrit la porte à l’autre bout de la pièce grâce à la force, et sauta par une des fenêtres ouvertes en s’agrippant au rebord.

Alden jaillit dans la tour. Se fiant à ses seuls yeux, il vit la seconde porte ouverte et poursuivit sa route vers celle-ci. Suspendu, Mando se rendit compte que la ville était en effervescence. Des patrouilles semblaient se diriger vers la zone du hangar car plusieurs explosions y avaient été entendues. Le Jedi se laissa tomber dans la ruelle en contrebas. Il atterrit à quelques mètres d’un garde : « Eh ! Vous ! Que faîtes-vous… » Sous adrénaline et par réflexe, Mando planta son sabre d’un geste fluide à travers la poitrine de la sentinelle. Ce dernier s’effondra. Reprenant ses esprits, Mando contempla le cadavre et tomba à quatre pattes. Il eut envie de vomir. Les larmes lui montèrent aux yeux.

La peur et la colère avaient repris un cours instant le dessus sur ses pensées. Il avait assassiné ce pauvre homme sans aucune raison. Mando se sentit mal. Il avait sûrement une femme, des enfants, des amis. Il n’avait fait qu’interpeller un inconnu. C’était Mando l’intrus, Mando qui venait peut-être de briser une famille. Il y a quelque temps encore, il massacrait des gens, répandait le désespoir, semait la mort. Sans rien ressentir que le côté obscur qui l’imprégnait et le désir de puissance qui l’habitait. Et puis, il avait soudainement changé. Il s’était mis à ressentir la vie, les liens entre toutes les choses et les tous les êtres de l’univers. Les victimes qu’il avait tué sans raison s’étaient mis à peser sur sa conscience, à peupler quelque fois ses cauchemars.

Du jour au lendemain, Mando avait abandonné les Siths. De la colère, de la fureur, du pouvoir qu’il ressentait autrefois, il avait maintenant découvert des sensations nouvelles : la paix, la sérénité et l’entraide. Des qualités nouvelles qui arrivaient à soulager sa conscience.

Respirant calmement, Mando se releva et rejoignit une rue plus fréquentée. Les habitants fuyaient dans la direction opposée au lieu où avaient retenti les explosions. Quelques patrouilles allaient en sens inverse pour mettre au clair ce qui se passait là bas. Ne désirant plus être repéré, Mando n’eut d’autre choix que de se joindre à la foule et de s’éloigner encore un peu plus de ses compagnons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:20


L’escarmouche de Naboo – Partie 3


Leeroy fit le compte : « Huit canons laser jumelés, deux tourelles de batteries quadrilaser RM pivotantes, des canons ioniques, des tubes à concussion, plusieurs bombes de type divers et surtout quatre missiles Calderoff VII ». Jaeden l’interrogea du regard : « des missiles Calderoff VII ?
- Ces armes étaient anciennement chargées sur les Destroyers Stellaires de l’Empire, répondit Leeroy. Elles sont capables de transpercer les blindages les plus épais pour exploser directement à l’intérieur de la coque en causant d’énormes dégâts. Elles ne sont généralement utilisées que lors de gros affrontements de type croiseur contre croiseur. »
Jaeden poussa un sifflement d’admiration.

« J’aimerais bien savoir comment vous avez réussi à en récupérer, dit Leeroy en se tournant vers La Mouche. Ce vaisseau est capable de s’attaquer à un Destroyer à lui seul.
- Maî… Maître Luke… a approuvé tous ces équipements, bredouilla le Rodien. Il pensait que ce ne serait pas superflu. Il avait des pressentiments. »
Jaeden vit un voyant s’activer sur le tableau de bord. « Nous allons bientôt sortir d’hyper-espace. Nous verrons très vite, je pense, si cette puissance de feu servira. »

* * *

Les trois lames s’entrechoquèrent dans un formidable crépitement. A la lueur des lasers se dévisagèrent les trois adversaires, Preds64 et Steboon d’une part, et Iron Man de l’autre. Ce dernier appuya avec force sur les deux autres sabres. Steboon capta le subtil hochement de tête de Preds64. Brusquement, ce dernier abaissa sa lame, faisant glisser dans sa direction celle du Sith, ce qui laissait son flanc droit dégagé. Steboon en profita pour lever son sabre d’un geste vif en visant le casque du Sith.

Avec un réflexe surhumain, Iron Man réussit à se pencher légèrement de côté, et le sabre du Jedi effleura son épaule. Avec rage, le colosse à l’armure flamboyante fendit l’air d’un large coup circulaire, obligeant ses deux ennemis à faire un bond en arrière pour l’éviter. Malheureusement, Steboon se réceptionna au bord de la passerelle et tenta de retrouver sont équilibre. Le Sith en profita alors pour le faire basculer avec l’aide de la force. Steboon chuta dans le vide. Lucanakin retint son souffle, mais le maître Jedi atterrit lourdement sur une passerelle plus basse.

Preds64 se rua alors sur Iron Man. Rapide comme la foudre, il frappa. Le Sith le bloqua mais le Jedi n’attendit pas. Il attaquait, feintait, esquivait, changeait d’angle d’attaque. La force coulait en lui et aiguisait ses réflexes. Il para, contre-attaqua, puis décrivit un grand cercle avec sa lame dans une pirouette dévastatrice. Iron Man se concentrait pour éviter ses coups ou les parer. Il tentait lui aussi de placer quelques enchaînements mais Preds64 le parait aisément.

Couché à terre, Steboon s’énerva : « Je vais lui faire sa fête ! » Lucanakin l’aida à se relever : « quelque chose de cassé ?
- Cette boîte de conserve ambulante va faire la connaissance de mon ouvre-boîte laser ! maugréa le puissant guerrier.
- Attends, regarde voir le tracé des passerelles. Si on arrivait à en détruire plusieurs de façon à coincer cette saleté et pouvoir fuir.
- Mouais, ça pourrait marcher, analysa Steboon. Occupes-toi de ça, moi je retourne m’occuper du distributeur de merguez là-haut.
- J’aimerais bien mais je n’ai plus de sabre, lui rappela le jeune Jedi.
- Tant pis, mon hot dog sauce sith attendra, soupira Steboon. Allons mettre en pratique ton idée.

* * *

Faisant le tour des deux carcasses fumantes qui avaient été des N1-Naboo resplendissants, Miss Roxx aperçut ce qu’elle était venue chercher. Elle sourit : le Jumelance II, vaisseau sur lequel étaient arrivés les Jedis, était intact. La Twi’lek monta d’un pas conquérant à son bord. Elle s’assit au poste de pilotage et effleura du doigt le tableau des commandes. Avec sa pratique et ses connaissances du côté obscur, elle n’eut aucun mal à lancer les réacteurs. Le Jumelance II s’éleva lentement au milieu du hangar, puis rugit en s’envolant vers les cieux.

* * *

Debout sur le pont de commandement, Cheyen contemplait à travers la verrière la petite planète Naboo. Elle semblait si fragile, perdue au milieu de l’immensité galactique. Il avait la sensation de pouvoir la cueillir tout simplement dans le creux de sa main. Cheyen avait participé à de nombreuses insurrections sur diverses planètes. Chasseur de primes, il avait toujours eu cette supériorité qui lui avait permis de survivre à de nombreux adversaires. Lors d’une mission où il avait eu l’occasion de côtoyer des Siths, il avait découvert que sa facilité à se défaire de ses ennemis venait d’une sensibilité accrue à la force. Très vite, Cheyen avait mis à profit ses dons pour traquer des Jedis. Il en avait tué un premier et avait volé son sabre, pour en extraire les composants essentiels à la conception de son propre sabre laser.

Quelqu’un tira Cheyen de ses pensées : « Chef ? » Il se retourna. C’était Miraan, chargé des communications. « Une communication de la Sith » annonça-t-il. Cheyen soupira, il n’aimait guère Miss Roxx, mais devait composer avec elle pour mener à bien le plan. Il saisit le comlink que lui tendait son second : « Ici, l’Azerak, dirigé par l’amiral Cheyen, veuillez vous identifier.
- Je suis Miss Roxx. J’ai volé le vaisseau des Jedis. Descendez dans l’atmosphère de Naboo avec l’Azerak et attaquez la cible prévue, Cheyen. »
Elle coupa la liaison après avoir bien insisté sur le Cheyen. Ce dernier maugréa.

Même si son titre d’amiral était purement fictif et autoproclamé, le chasseur de prime possédait son propre croiseur et sa propre troupe de mercenaires. Aussi aimait-t-il bien se faire appeler amiral Cheyen. La Sith avait besoin de lui, elle n’avait pas à le rabaisser ainsi. Il se retourna et cria à son équipage : « Tous à vos postes, approchez l’Azerak de Theed, on a un bâtiment à raser. Puis, il ajouta d’un ton cruel : Et après, la ville sera à nous ! » Ses troupes poussèrent des cris de joie à l’idée du prochain pillage.

* * *

Miss Roxx survola la ville. L’armement du Jumelance II était léger mais cela suffirait. Sous elle, des habitants levaient la tête, reconnaissant avec intrigue le sigle Jedi peint sur les flancs du vaisseau. Miss Roxx sourit. Elle activa les turbolasers et fit feu sur plusieurs bâtiments. Les dégâts étaient légers mais les conséquences ne se firent pas attendre. La population commença à fuir en tout sens. La police locale, déjà occupée par les étranges explosions au hangar, sembla se faire déborder par ces nouveaux mouvements de foule. Les pilotes n’avaient plus accès au Hangar pour décoller et prendre la Sith en chasse. Personne ne pouvait l’empêcher de faire ce qu’elle voulait.

* * *

Les gens autour de Mando recommencèrent à crier et à fuir en tout sens. Il observa le ciel et aperçut leur propre vaisseau en train d’attaquer Theed. Plusieurs résidences étaient touchées. L’évidence le frappa : c’était cela le plan des Siths : les occuper avec un ennemi pour voler le Jumelance et détruire la cité pendant qu’ils étaient coincés sur la planète. Pourtant, le vaisseau ne disposait d’aucun armement lourd, c’était un transport diplomatique. Mando essaya de réfléchir en se cachant dans les déplacements de la foule. Quel était donc le but caché de toute cette mascarade ?

Il écouta les murmures autour de lui : « Les Jedis nous attaquent ?
- Ils veulent nous asservir.
- Moi, je me suis toujours méfié de ces gens bizarres.
- Il paraît qu’ils ont des pouvoirs étranges.
- Ils ont décidé de s’en servir pour régner sur la galaxie. »
Une patrouille passa près de Mando. L’un des gardes parlait dans son comlink. Le maître Jedi tendit l’oreille :
« … sommes attaqués par un vaisseau Jedi. Ils ont d’abord détruit nos chasseurs N1. Nous ne pouvons les arrêter. Il semblerait qu’ils aient changé de bord et décidé d’utiliser leurs mystérieuses capacités pour conquérir la planète.

Soudain, le propre comlink de Mando bippa. Il s’éloigna et alla s’abriter sous un porche pour ne pas être entendu :
« Ici Jaeden et Leeroy, nous venons de sortir d’hyperespace. On est venu sur ordre de maître Luke vous accompagner sur Naboo. Tout va bien ? annonça la voix.
- Par la force ! Vous êtes là, souffla Mando. On est dans une situation délicate. Nous avons été pris dans une embuscade des Sith et j’ai été séparé de mes coéquipiers Jedis. Les Siths ont volé notre vaisseau et attaquent la ville, résuma-t-il. Avez-vous de quoi les arrêter ?
Jaeden assimila ces paroles :
- D’accord, on s’en charge, répondit-il. On suit le Jumelance et on le force à se poser. Son armement est sommaire, il ne pourra rien contre nous.
- Attendez ! tonna une troisième voix, celle d’un Rodien. Je détecte un autre vaisseau. Il est non loin du hangar de Theed. C’est un petit croiseur et il s’est placé en position d’attaque.
- C’est là-bas que sont encore Lucanakin et Preds64 ! s’exclama le Mandalorien. Il faut les secourir. Et, euh, Steboon aussi, ajouta-t-il.
- Le croiseur possède de vrais dispositifs de bombardement. Il est autrement plus dangereux que le Jumelance. Avec le Suwantek, nous fonçons au hangar, décida Leeroy.
- Mando, vois si tu peux arrêter le Jumelance, conclut Jaeden.
La communication s’interrompit. Mando eut un sourire forcé. Stopper le Jumelance, comment allait-il s’y prendre ?

* * *

L’Azerak se plaça en vol stationnaire dans le ciel du hangar de Theed. De là, il dominait les générateurs énergétiques à puits de plasma de la cité. Cheyen sourit : quand la ville sera privée de ressources, la mettre à sac ne sera qu’une formalité : les défenses au sol seront inopérantes. Et la baie d’Alaba est que quatre Jedis en plus mourront dans la destruction du complexe, à moins que Iron Man ne les aient tué avant. Le Sith était censé les bloquer dans le bâtiment le temps que Cheyen bombarde l’ensemble. Et si le colosse n’y avait pas réussi et combattait toujours entre les puits de plasma ? Cheyen haussa les épaules. L’armure incroyable le protègerait surement des explosions. Et au pire, un Sith en moins dans la galaxie n’était pas une mauvaise chose non plus pour le chasseur de primes.

Grâce à Miss Roxx, tout le monde croirait à une attaque Jedi. Qui pourrait prouver le contraire ? Pour l’immense majorité des habitants de la galaxie, les Jedis passaient pour être des personnes étranges, différentes, membres d’une secte aux motivations mystérieuses et possesseurs de pouvoirs surnaturels. Seuls les grands dirigeants et les membres du sénat qui les côtoyaient régulièrement les connaissaient réellement.

Cet assaut sèmera le trouble dans la galaxie. Les planètes voisines se prépareront à la guerre en cas d’attaque. Elles prendront peur en entendant parler des pouvoirs invisibles de la force. Les rumeurs se propageront comme un tir de blaster. Les gouvernements ne sauront plus à qui se fier. Diviser pour mieux régner ! Cheyen et ses mercenaires pourront envahir des mondes déjà fragilisés. Et Naboo était le premier pion de ce gigantesque échiquier.

* * *

La lame lumineuse traversait l’extrémité de la seconde passerelle de part en part. Elle progressait tranquillement d’un bord à l’autre. « Plus vite ! s’exclama Lucanakin.
- Je fais ce que je peux, rétorqua Steboon, mais le matériau est plutôt épais. La puissance du sabre est réglée au maximum.
Ecarte-toi ! »
Sectionnée, le morceau de passerelle bascula dans le vide. Elle était censée mener à une petite plateforme encastrée contre le mur principal, d’où partaient plusieurs autres chemins.

Steboon se releva : « Bon, déjà une de faite ! Quelle est la suivante ? Ils sont toujours en train de se battre les deux ? »
Soudain jaillit une trainée rouge et or. Iron Man se réceptionna sur la plateforme en face d’eux. Il avait semé Preds64 par un long saut et tonna :
« Qu’est-ce que vous traficotez tous les… »

* * *

« Nous allons d’abord percer une brèche à travers le mur principal, déclara Cheyen. On enverra ensuite les autres missiles à travers pour toucher directement les puits à plasma.
Il se pencha par-dessus l’artilleur :
- Faîtes un premier tir là, indiqua-t-il en pointant l’écran, et attendons que ça se dégage. »
L’artilleur entra les coordonnées dans l’ordinateur de bord et annonça :
« Missile Merespa D4 chargé.
- Alors, FEU ! » ordonna l’amiral Cheyen.

* * *

Iron Man ne termina pas sa phrase. Une explosion aveuglante le projeta loin derrière les trois Jedis qui furent jetés à terre sous le souffle brûlant. Lucanakin se protégea comme il put avec ses bras. Une pluie de gravats et de morceaux de mur écorchait sa peau. C’était un chaos de bruit et de poussière.
Tout devint obscur.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:23

Iron Man a écrit:
MAGNIFIQUE luca, comme toujours, je viens de rêver!!!cheers
FABULEUX!drunken

lucanakin a écrit:
Iron Man a écrit:
PS : Lucanakin, tu veux encore plus "corser" les choses? Voilà une idée : dit que mon armure est "intransperçable" par les sabre-lasers car elle est composé d'un métal ultra résistant (le titane)!!! Ce qui fait de Iron Man un Sith indestructible et invincible!!!  

:lol!:oui c'est ça  :(m): , et puis tu peux aussi tuer quelqu'un rien qu'en claquant des doigts et ya plus d'histoire...  lol!

Escarmouche de Naboo - partie 3

Preds64,Steboon et Lucanakin firent face à Iron Man. Soudain, celui-ci leva une main et claqua des doigts. Les trois Jedis sentirent leurs corps être déchiquetés et leurs âmes se dissoudre dans le néant obscur. Les Siths avaient gagnés.

FIN


C'est là que j'ai envie d'utiliser l'un de vos nouveaux smileys :   :(x):


Bon...les gars...Lucanakin (qui se fou de ma gueule!)... voici donc cette fin "alternative et non-officielle" en vidéo!
Montez le son à fond, plongez-vous dans le noir, et...Bon visionnage!




PS: pour mieux apprécier la vidéo, cliquez d'abord sur la vidéo et mettez sur pause. Ensuite changez la qualité pour mettre la plus haute, en 1080p ou 720p en cliquant sur la mollette en bas à droite.
Ou encore mieux, cliquez sur "youtube" en bas à droite de la vidéo, la page youtube s'ouvre, faites pareil pour la qualité et cliquez sur "Grand Lecteur" ou "Plein écran".
Bon visionnage les amis!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:23

Voici venue l’heure de découvrir cette suite tant attendue. Mais vous allez encore devoir patienter quelques secondes. Une lecture, pour qu’elle soit agréable, doit se préparer. Avant de commencer, prenez donc un fauteuil. L’un de ces fauteuils bien moelleux et confortables, qui font ressurgir les souvenirs. Oui, c’était ce fauteuil sur lequel Papy ou Papa vous racontait ses histoires. Mais un bon fauteuil, c’est aussi ce petit crépitement qui berce vos oreilles, et cette discrète odeur d’eau chaude qui chatouille vos narines pendant que vous lisez. Poussez donc votre fauteuil près du feu de cheminée, et faîtes-vous chauffer une tasse de thé. Quoi de plus agréable que d’être assis là, sur son fauteuil, les pieds près du feu, une tasse posée sur le rebord. Etes-vous fin prêt à plonger dans une merveilleuse histoire ?

Quoi donc ! Nous sommes en été ? Troquez alors votre fauteuil pour une chaise longue. Après tout, c’est toujours un fauteuil. Très différent, certes, mais je vous maintiens que cela reste un fauteuil. En lieu et place de cheminée et de thé, c’est maintenant le murmure des feuilles et l’odeur de la menthe à l’eau qui vous détend. La menthe à l’eau, dont le sirop danse lentement dans le verre, captive l’imagination. C’est là un merveilleux ballet de reflets, où l’on redécouvre l’onde et les vaguelettes de ce petit ruisseau près de chez vous. Pour d’autres, ce sera les reflets des arc-en-ciel à travers la petite chute d’eau de votre ruisseau, ou encore le mouvement des nuages qu’on a l’habitude d’admirer longuement en étant couché. Ou assis. Cela est tout aussi beau en étant assis et il faut bien que j’en revienne à mon fauteuil. Tout est bon ? Vous êtes confortablement installés ? Plus rien ne peut venir troubler votre tranquillité ? Alors inspirez un grand coup et préparez vous à plonger à travers cette porte que je vous ouvre, laissez-vous happez par cette histoire qui vous accueille maintenant :



L’escarmouche de Naboo – Partie 4 :


Cheyen avait contemplé l’impressionnante explosion depuis le pont de l’Azerak, son croiseur personnel. Il patientait maintenant que la poussière retombe afin d’admirer plus en détail son œuvre destructrice. Miraan, son second, vint se mettre à ses côtés, en attente.
« Nous avons crée une jolie brèche, constata Cheyen. Préparez un autre… »
Le croiseur entier fut pris d’une secousse soudaine. Le chasseur de prime s’agrippa au siège le plus proche.
« Que se passe-t-il ? cria-t-il à son équipage. Rapport immédiat ! »
Ce fut Miraan qui analysa alors la situation :
« On nous attaque, chef ! Un cargo vient d’se pointer à 7 heures et nous mitraille au turbolaser.
- Dégagez l’Azerak de ce nid, ordonna alors Cheyen. Prenez de l’altitude et descendez-moi ce moustique ! »

* * *

« Le croiseur a cessé de bombarder le hangar, annonça La Mouche.
- Parfait, répondit Jaeden, espérons que nos amis soient saufs.
- La mauvaise nouvelle, constata Leeroy, c’est qu’il va maintenant nous attaquer nous.
- Ils peuvent toujours tenter, rétorqua le Rodien, je ne leur en laisserai pas le temps. »
Joignant le geste à la parole, il piqua avec son Suwantek TL-1100 et passa sous le croiseur adverse. Le cargo remonta et attaqua ensuite l’autre flanc de l’ennemi. Il s’éloigna ensuite pour forcer l’imposant vaisseau à le suivre.
« Bonne idée, commenta Jaeden, éloignons-les de Theed pour éviter des victimes collatérales. »

* * *

Mando s’abrita sous l’un des nombreux balcons de la capitale royale. Quelques grosses pierres s’écrasèrent à ses pieds, arrachées des bâtiments par les tirs du Jumelance II. Le Jedi jura. Au début, le vaisseau n’avait attaqué qu’en modérant ses tirs. Mais maintenant, comme s’il avait reçu un signal ou une nouvelle, le pilote déchainait son agressivité. Il survolait en rase-motte les toits des magnifiques maisons, menaçant les habitants qui ne s’étaient pas encore retranchés dans leurs caves.

Les quelques patrouilles de gardes ne cessaient de se communiquer des ordres et des rapports mais avec seulement des speeder bikes, ils étaient bien impuissants. Certains tentaient tout de même de braquer leur blaster RC en direction du ciel et lâchaient quelques salves dérisoires en direction du dangereux vaisseau.

Au milieu des débris, Mando aperçut le palais et la grande volée de marches qui y menait. Une idée osée mais pas impossible germa au sein de son esprit.

* * *

Lucanakin repris ses esprits au milieu des gravats. Il se releva avec difficulté. A ses côtés, Steboon et Preds64 faisaient de même. Une énorme brèche était apparue dans le mur, et les chemins de traverse étaient jonchés de morceaux éclatés. Ils pouvaient encore percevoir la répercussion lointaine des plus gros blocs chutant au fond des puits.
« Qu’est-ce que c’était ? demanda Steboon.
- Je n’en sais rien mais je serais d’avis à ne pas rester ici, conseilla Preds64. La structure pourrait avoir été gravement fragilisée.
- Non tu crois ? » ironisa Steboon.

Les trois Jedis se dirigèrent vers la sortie. Soudain, la passerelle eut un soubresaut et émit un grincement inquiétant. Lucanakin et Steboon se retournèrent vers le maître Jedi avec un regard effrayé.
« Courons » souffla le jeune apprenti. Les trois amis sprintèrent en direction de la grande porte à l’autre bout du long chemin suspendu au-dessus du vide abyssale. Encaissant le pas de leur course, le ponton se mit à trembler de plus en plus dangereusement. ‘’Plus vite !‘’ songea Lucanakin.

La plateforme sauve semblait si loin. Ils entendirent les rivets qui commençaient à sauter au fur et à mesure de leur avancée. Le pont commença à basculer. Lucanakin donna tout ce qu’il put, Steboon a ses côtés fit de même. Preds64, qui les talonnait, accéléra également.

D’un coup, les fixations lâchèrent ! La passerelle chuta dans le vide. Lucanakin et Steboon posèrent à cet instant le pied sur la plateforme et se retournèrent aussitôt. Dans une dernière impulsion, Preds64 tenta un bond dans leur direction en tendant les bras le plus loin possible vers eux :
« Yyyyyhaaaaaaaaaaaaaaaaaa… »

* * *
« …aaaaaaaaaaahooooooo !!! s’exclama La Mouche, ça ? C’est ce que j’appelle du combat aérien ! »
Le Suwantek TL-1100 virevoltait en esquivant les nombreux tirs de l’Azerak. Il monta en flèche vers le soleil, se dissimulant dans l’éblouissante clarté de l’astre, puis fondit en piqué et lâcha une salve qui frappa la coque de l’ennemi. Ce dernier répliqua par une nouvelle volée de missiles.
« J’ai du mal à tirer tout en évitant leurs assauts, expliqua La Mouche d’un air contrarié. Il faudrait que quelqu’un se poste à la tourelle quadrilaser.
- Je m’en charge ! » décida Leeroy.

* * *

Mando s’approcha furtivement vers la patrouille stationnant sur la place centrale de Theed, face à l’imposant Palais Royal. Le Jedi avisa le Speeder Bike arrêté à leur côté. Pour l’instant, les gardes étaient absorbés par le Jumelance dévastateur. Ils semblaient paniqués. Fermant les yeux, le Mandalorien concentra son esprit sur le rythme des survols du vaisseau. Son esprit complet se mit en phase avec la force, et lorsqu’il sentit qu’il allait passer au dessus de lui, Mando passa à l’action. Il se précipita vers la patrouille, les distraya un cours instant grâce à la Force, et sauta sur la moto-jet. Les gardes avaient à peine eu le temps de reprendre leurs esprits que le Jedi se propulsait déjà en direction de la grande volée de marches.

* * *

« Ouch ! » s’exclama Preds64 au moment où Steboon et Lucanakin l’agrippaient. Ces derniers l’aidèrent à se hisser sur la plateforme.
« C’était de justesse, commenta Steboon.
- Lucanakin, si on s’en sort vivants, commença le maître Jedi en reprenant son souffle, je te fais chevalier de la Force. Steboon, tu es malheureusement déjà maître, je ne peux rien pour toi ».
- Grands merci, se réjouit le jeune Jedi. J’espère alors que je vous sauverais encore plusieurs fois la vie !
- Comment cela, malheureusement ? » releva Steboon.

* * *

Leeroy s’installa dans l’habitacle et saisit les poignées de tir avec un large sourire :
« J’ai toujours rêvé de tirer avec un gros canon » murmura le Jedi. Le vaisseau était secoué de toutes parts alors que La Mouche esquivait comme il pouvait le déluge de feu que lui envoyait le croiseur. Heureux comme un enfant, Leeroy fit pivoter les quatres gros tubes à turbolaser en direction de l’Azerak, et, lâchant des salves de tirs mortelles en direction de l’imposant vaisseau, il s’amusa à mimer : « POUM ! POUM ! POUM ! »

* * *

Propulsé à toute vitesse sur le speeder bike, Mando accéléra encore et augmenta la puissance des anti-gravs au maximum alors que le Jumelance II passait au-dessus de sa tête en lâchant des lasers mortels sur les demeures alentours. La moto-jet rugit et emprunta telle une fusée la grande volée de marches menant au palais comme une rampe de lancement. Agrippé au speeder, Mando jaillit dans le ciel en direction du vaisseau.

* * *

Le pont trembla lorsque les décharges du Suwantek frappèrent le croiseur. Reprenant son équilibre, Miraan s’exclama :
« Ce ne sont que des lasers, Amiral, la coque de l’Azerak les supportera sans problèmes, même si ça le secoue un peu.
- Ce pilote est habile, analysa Cheyen d’un ton très calme. Il virevolte en esquivant la majeure partie de nos tirs. Modifiez le vecteur de l’Azerak pour nous éloigner de ce cargo ! ordonna-t-il sèchement. Nous allons le forcer à nous suivre sur une trajectoire rectiligne et il deviendra alors une cible facile » sourit le chasseur de primes.

* * *

Lorsqu’ils furent revenus au hangar désormais dévasté, Steboon lâcha :
« On a laissé une belle pagaille ici. Vous croyez que les Naboos vont bien nous accueillir après ça ?
- Eh ! Où est passé le Jumelance ? le coupa Lucanakin.
- Mon… vaisseau…, geignit Pres64. On me l’a volé ! Puis il réfléchit : Pourtant, il y a une identification pour lancer les réacteurs.
- Mando a peut-être été obligé de partir sans nous. Il aura été attaqué, et revenant ici, a été forcé de s’enfuir avec le Jumelance pour survivre.
- Tu penses à l’embuscade Sith dans laquelle nous sommes tombés ? poursuivit Steboon. Il y aurait donc eu d’autres Siths chargés de cueillir Mando ?
- Sans vaisseau, la seule solution que nous avons est de joindre la ville. Nous tenterons d’en découvrir plus, et de savoir ce qui est arrivé à notre Mandalorien préféré » décida sagement Preds64.

* * *

Fonçant dans le ciel, le speeder bike se rapprochait petit à petit du Jumelance. Mando jura. Il gagnait de moins en moins d’altitude et allait manquer son objectif de peu. Il se leva alors sur la selle branlante et tendit les bras. Le ventre du vaisseau était encore à plusieurs dizaines de centimètres. Toute la moto-jet était secouée sous les courants d’air engendrés par la vitesse à une telle hauteur. Soudain, le petit speeder commença à amorcer sa descente. C’était la dernière occasion. Tentant le tout pour le tout, le Jedi sauta. Ses doigts effleurèrent les contours du cache de l’un des trains arrière. Concentré, il essaya de s’y raccrocher plus fermement, mais les turbulences le projetaient dans tous les sens contre la coque et Mando serra les dents sous la douleur.

* * *

« Ils tentent une manœuvre de fuite en direction des marais, analysa Jaeden.
- Parfait » s’exclama La Mouche. Il ajouta, un peu trop confiant en lui :
« Ils ont compris à qu’ils avaient affaire à un pilote trop habile pour eux. Je vais me calquer sur leur vecteur de trajectoire et les prendre en chasse. »
Il effectua un dernier looping et orienta le Suwantek TL-1100 vers le croiseur qui s’éloignait déjà au-dessus des vastes cimes de la forêt Naboo.

* * *

Preds64, Lucanakin et Steboon n’avaient eu le temps que de faire quelques pas hors du hangar que plusieurs patrouilles locales avaient fondu sur eux et les avaient encerclés, pointant dans leur direction une multitude de blasters. Instinctivement, les deux maîtres Jedi dégainèrent leur arme. A la vue des lasers, celui qui semblait être le commandant ordonna :
« Jetez vos armes ! »
Habillé en civil s’avança alors à ses côtés le jeune Alden Scarles. Tout sourire aux lèvres, il accusa :
« Je les reconnais, ce sont eux les Jedis qui ont saccagé le hangar. Ils portent des sabres lasers. Leur complice est actuellement dans le vaisseau, en train de s’en prendre à la ville. »
Steboon et Lucanakin grimacèrent mais Preds64 resta calme alors que le chef de patrouille annonçait
« Rendez-vous et il ne vous sera fait aucun mal. »

* * *

Le Jumelance II poursuivit sa course destructrice dans le ciel de la capitale Theed. S’accrochant comme il le pouvait à un défaut de la coque, Mando craignait de lâcher prise à chaque instant. Le vaisseau passa en rase-motte au-dessus du palais royal. Surpris, le Jedi se balança pour ne pas se heurter aux toits délicatement ouvragés. L’une de ses mains lâcha. Le Mandalorien fut brusquement balloté en tout sens alors que le vaisseau virait de bord. Il essaya à plusieurs fois de raccrocher à nouveau sa main mais ce fut sans succès.

Lentement, ses autres doigts glissèrent de la fente à laquelle le Jedi voulait désespérément raffermir sa prise. Il réfléchit alors à une dernière tactique. Saisissant de sa main libre son sabre laser, il en planta la lame dans la coque et se démena pour y découper une entrée le plus rapidement possible.

* * *

« Il a mordu à l’hameçon » sourit Cheyen en observant le cargo s’aligner derrière eux. « Il pense être le chasseur alors que c’est lui la proie en train de s’enfoncer inconsciemment dans mes filets. »
Il se tourna vers son équipage :
« Ré-armez les missiles Merespa, il faut se préparer à accueillir notre invité comme il se doit. »

* * *

Steboon fulminait. Alden affichait un petit sourire victorieux aux côtés du chef de patrouille. Le maître Jedi l’aurait bien étranglé sur place, s’il n’y avait eu tous ces blasters braqués sur eux. Alors, Maître Preds64 s’avança d’un pas calme, et prononça d’une voix forte :
« Celui qui nous accuse ne porte pas le blanc de l’innocence. Si vous chassez les porteurs de sabre, alors chassez-le aussi lui ! »
Ce faisant, il tendit le bras, et avant que les gardes réagissent, le manche d’Alden fut arraché des replis de ses vêtements où le Sith le tenait caché. S’élevant dans les airs, la lame rouge illumina tous les visages.

* * *

Miss Roxx avait senti la force s’agiter avant de percevoir le bruit étouffé d’une plaque métallique tombant brusquement. D’un regard mauvais, elle bascula tranquillement en pilote automatique. Saisissant avec grâce son sabre incrusté de rubis, elle se leva avec la prestance d’une reine. Bien sûr, elle avait déjà reconnu cette aura, mêlée de lumière et d’obscurité, que dégageait le traître au sein de la Force, mais elle demanda tout de même d’une voix insidieuse :
« Quel petit Jedi vais-je tuer aujourd’hui ? »
Avec un sourire diabolique, elle se retourna. Mando se tenait au fond de la soute, face à elle.

Le Mandalorien activa son sabre laser.
« C’était toi derrière cette embuscade, ce piège. Je m’en doutais.
- Oh, mais voici notre traître, susurra la Twi’lek. Le côté obscur mène à la vraie puissance, la puissance de modifier l’ordre des choses, de s’approprier les rênes de sa destinée. Je peux faire chuter des mondes, en élever d’autres. C’est ce que je suis en train d’accomplir aujourd’hui. Mais toi, tu as choisi le côté faible, inutile. L’attachement à ce qui existe déjà, cet ordre imparfait. »

Ce fut au tour de Mando de sourire avec un geste de la main :
« Comme toujours, tu te trompes, Miss Roxx. Les Siths ont le pouvoir de changer les choses, mais les Jedis ont la sagesse nécessaire pour les comprendre.
La Twi’lek cracha :
- Comprendre les mondes ! Alors que je peux les modeler à ma guise ! »
Elle frappa avec fureur. Mando bloqua. Les deux lames s’entrechoquèrent dans un flamboyant crépitement d’étincelles.
« Comment espères-tu me vaincre ? ricana Mando. Je suis désormais au-dessus du bien et du mal, au centre de l’omnipotence du côté obscur, et de l’omniscience du côté clair. Je connais les rouages secrets à mettre en branle pour arriver à mes fins… »
Miss Roxx rugit en portant un nouveau coup.

* * *

Jaeden sourit : « Je ne savais pas qu’un croiseur pouvait fuir aussi vite.
- Ce n’est pas grave, lui répondit La Mouche, nous les rattrapons sans problème. »
Le Suwantek se rapprochait de plus en plus des réacteurs de l’Azerak. Soudain, l’imposant croiseur ralentit et se mit à pivoter sur lui-même alors qu’un barrage de tirs venait accueillir les Jedis. Le petit cargo fut secoué en tout sens, malmené par les lasers.
« C’était un piège ! s’écria La Mouche. Nous sommes au centre de leur carré de porté. »

En effet, plus petit que le croiseur, le Suwantek recevait des décharges depuis le haut, le bas, la gauche et la droite. Et s’extirper de cette zone mortelle signifiait devoir traverser un épais rideau de salves. Pour l’instant, les boucliers modifiés par le Rodien dissipaient encore la majeure partie des impacts, et Leeroy ne faisait pas la mesure avec sa simple tourelle.
« DEGAGE NOUS DE LA ! hurla Jaeden. S’il nous présente entièrement son flanc, nous serons dans l’angle de visée de leurs missiles ! »
« Non ! répondit La Mouche. Je vais plutôt tenter quelque chose. Moi aussi j’ai des missiles ! »

* * *

Steboon félicita Preds64 :
« Ton discours était un peu pompeux, mais je salue ton idée. »
Les gardes ne savaient pas quel côté croire. Dans le doute, certains avaient aussi pointé leur blaster vers Alden. Ce dernier maugréa : « Fichus Jedis. »
S’aidant de la Force, il récupéra son sabre et le planta dans la poitrine du garde le plus proche, qui s’écroula avec un rictus.

Aussitôt, ce fut un orage de tirs lasers. Les deux maîtres Jedis activèrent leur sabre et s’appliquèrent à se protéger des décharges. Au milieu de la mêlée, Preds64 ordonna :
« Déviez les tirs sans faire de blessés, c’est Alden qu’il nous faut ! »
Sans sabre, Lucanakin puisai au sein de la force pour esquiver les tirs croisés, et forcer les blasters à se braquer vers le ciel. Il sauta sur l’un des gardes, assomma le suivant d’un coup de pied et se réceptionna sur un troisième, le projetant au sol au passage. Au milieu de la cohue, il aperçut le Sith, mais resta en retrait. Privé d’arme, le Jedi n’aurait pas fait pas long feu contre lui.

* * *

A l’intérieur du Jumelance, un combat d’anthologie s’était engagé entre le Mandalorien et la Twi’lek. D’une gracieuse passe, Miss Roxx attaqua. Mando la bloqua. Il effectua une feinte et tenta de la toucher au flanc, mais elle fut plus rapide et para. Les deux adversaires frappaient sans relâche, paraient, bloquaient, esquivaient comme une chorégraphie. Les lasers projetaient des étincelles à chaque choc, illuminaient les parois sombres. En pilote automatique, le vaisseau effectua un virage pour rester au-dessus de Theed. Mando perdit l’équilibre et tomba contre une paroi. Jubilante, Miss Roxx sauta avec son sabre vers lui. Il se roula de côté au dernier instant. La lame rouge perfora le blindage, ouvrant une fissure vers l’air extérieur.

Les deux ennemis n’en eurent cure. Ils continuèrent à se frapper, à vouloir se détruire. De plus en plus de traces fondues zébraient l’intérieur du vaisseau. Ils étaient seuls au monde, lui contre elle, dans un affrontement titanesque, une tragédie violente et brutale. Mando décrit un large coup circulaire, frôlant les commandes. Sautant vers lui, Miss Roxx abattit son sabre par dessus. Le Jumelance II commença à s’incliner.

Projetés contre les parois, Mando et Miss Roxx continuaient à se battre, la haine dépassant la survie. S’il avait été tourmenté par le meurtre du garde, Mando n’avait aucun scrupule face à la Sith. Au contraire, puisant au sein des deux côtés de la Force, il alliait la furie physique du mal avec le calme mental du bien. Miss Roxx n’était que rage et colère. Les commandes détruites, le vaisseau commença à prendre des angles aléatoires. Le sol devint mur, le mur devint plafond. Trébuchant sur les obstacles au milieu des coursives, les deux adversaires se poursuivaient. De nombreux débris métalliques jonchaient le sol, des câbles pendaient dangereusement, menaçant d’électrocuter.

* * *

« Ils sont presque en position de lancer leurs missiles ! s’inquiéta Jaeden.
- Encore un peu de temps, je suis en train d’amorcer les Calderoff VII » indiqua La Mouche.
Le Suwantek TL-1100 accéléra au milieu des tirs lasers qui le frappaient de toutes parts. Il se dirigeait à pleine puissance vers le croiseur. Le tableau émettait des dizaines de bips sonores différents. De plus en plus secoué, La Mouche avait bien du mal à maintenir le cap tout en verrouillant ses missiles. Le bouclier semblait être arrivé au bout de ses capacités. Soudain, un voyant vert s’alluma près de Jaeden :
« ça signifie quoi ça ? cria-t-il
- Qu’ils vont bientôt se prendre mon gros suppositoire et que ça va leur faire très mal » sourit le Rodien par-dessus le vacarme.

Le Suwantek était maintenant au plus près du croiseur. S’il continuait encore tout droit, il allait percuter l’Azerak de plein fouet. Le bouclier émit un gémissement en se désactivant, incapable de supporter la surchauffe. Le petit cargo commença à être criblé d’impacts de plus en plus gros, malgré son blindage épais. Jaeden fut projeté en tous sens, alors que La Mouche tentait comme il pouvait de se cramponner aux commandes.
« Ils tirent un missile ! cria Jaeden. On est foutus !
- LEEEEEEEEEROY ! » hurla de toutes ses forces le Rodien dans le comlink.
Le Jedi n’eut pas besoin d’explications. Tournant la tourelle vers le danger, il mitrailla et perfora littéralement le missile. Mais celui-ci était arrivé très près. L’explosion eut lieu devant le Suwantek qui traversa un nuage de feu. Les contours de la verrière fondirent légèrement sous la chaleur. Jaeden jura voir des fissures se propager le long de la vitre.

A l’intérieur des flammes, La Mouche tira au maximum sur le manche. Les réacteurs rugirent en tentant d’obéir aux commandes. Jaeden fut projeté sur son siège. Le Suwantek sortit comme une fusée du brouillard flamboyant. Les Jedis allaient passer au-dessus de l’Azerak. Mais avant cela, le Rodien s’écria :
« Prenez ça dans le pif ! » Il écrasa du poing un gros bouton sur la console.
Le missile Calderoff VII jaillit du vaisseau et se dirigea vers l’Azerak. La Mouche continua de tirer le manche. Dans un formidable tonnerre, le cargo passa au-dessus du croiseur alors que le missile transperçait la coque de son flanc. Puis, des gerbes de feu jaillirent en plusieurs endroits de l’aile gauche.
« Youhouuuuu » s’écria le Rodien en rasant l’Azerak de près, malgré que son propre vaisseau soit au bord de la destruction.

* * *

Le pont de l’Azerak penchait dangereusement. Tous les voyants d’alerte étaient actifs. Au milieu de la cohue et des cris, Miraan annonça à Cheyen :
« Amiral, l’aile gauche est complètement détruite. Les réacteurs droits ne supporteront pas le poids du vaisseau, nous allons chuter. »
Ils durent se retenir aux sièges tandis que le croiseur commençait à piquer du nez vers la gauche.
« Evacuation ! tonna le Chasseur de Primes, chacun pour soi ! »
Il remonta le long du couloir et se précipita vers un sas. Prenant Miraan avec lui, il grimpa dans une capsule de secours un peu luxueuse :
« Il est l’heure de quitter le navire. Les Jedis me le payeront. »

Sans état d’âme pour son équipage, il actionna l’expulsion de la navette qui jaillit vers l’espace. Ainsi, les Jedis ne le retrouveraient pas sur le sol de la planète. L’Azerak percuta la cime des arbres, et s’écrasa dans les marais, laissant à eux-mêmes les quelques survivants.

* * *

Preds64, Lucanakin et Steboon se défendaient vaillamment, mais Alden leur échappait toujours au milieu des tirs. Soudain, le chef de la patrouille s’écria :
« Dans le ciel ! Fuyez ! »
Tout le monde leva le nez. Un vaisseau fumant était en train de foncer vers eux.
« Mais, c’est mon Jumelance ! s’écria Preds64.
- Pas le temps, cours ! » lui ordonna Lucanakin.
Tout le monde se mit à fuir sur les côtés, tandis que le vaisseau fonçait sur la place où ils se battaient encore quelques secondes auparavant.

* * *

Le Jumelance plongeait vers le sol à pleine vitesse. A l’intérieur, Mando et Miss Roxx flottaient au plafond en état d’apesanteur simulé par la chute. Même dans cette situation, ils tentaient encore de blesser l’autre. Soudain, Mando aperçut les bâtiments de Theed se rapprocher dangereusement. Se calmant soudainement, il para le coup de la Twi’lek, puis se dirigea vers le sas de sortie, qu’il activa. Faisant un dernier salut à la Sith, il sauta en visant un arbre un peu plus bas. Miss Roxx sauta vers lui :
« Tu ne m’échapperas pas ! »
Elle tenta de l’attraper mais il lui échappa. Emportée par son élan, elle sortit elle aussi du Jumelance, et après avoir plané quelques secondes, se réceptionna dans le petit lac artificiel du Palais.

* * *
Le Jumelance II poursuivit sa course jusqu’à la place du hangar. Il s’écrasa dans une gerbe d’étincelles et de débris sur plusieurs dizaines de mètres. Le crash mit fin à la bataille entre les gardes et les représentants de la Force, obligés de se réfugier à l’abri.

Les Jedis se relevèrent. Alden avait bien sûr fui. Preds64 se dirigea immédiatement vers le chef de la patrouille. Ce dernier eu un geste de défense mais le Jedi le releva et l’en dissuada fermement :
« Vous n’êtes pas vraiment en situation de vous défendre. Aussi, je vous conseille de nous laisser nous expliquer. Nous souhaiterions voir la Reine, et remettre en ordre les évènements de la journée. »


* * *
* * *


« C’était Miss Roxx annonça Mando. L’embuscade, le vol du Jumelance, l’attaque de la ville, la destruction du hangar ».
Il était debout dans la salle du trône. A ses côtés se tenait les autres Jedis, Preds64, Steboon, Lucanakin, Jaeden et Leeroy. En face se dressait la Reine, ainsi que l’hologramme de maître Luke Skywalker. Plusieurs conseillers les observaient, assis sur les côtés.
« On les a un peu aidé à dévaster le hangar, voulut murmurer Steboon.
- Tais-toi, lui intima Preds64.
- Vous avez tout de même causé de grands dégâts à la capitale, jugea la Reine. Et les mercenaires survivants courent toujours dans les marais. Je ne vous porte pas pleine confiance. »

Des Siths, plus aucune trace, mais les Jedis savaient qu’ils allaient refrapper prochainement. Naboo n’était une victoire pour aucun des deux camps. Les Siths n’avaient pas fait tomber la planète, mais les Jedis n’étaient pas blanc comme neige dans l’affaire. La suspicion avait gagné le cœur des Naboos.

* * *

Au milieu des puits de plasma, une main métallique s’agrippa à la passerelle. Remontant de sa grande chute, aidé de ses propulseurs, un peu cabossé physiquement, un peu dérangé mentalement, visiblement pas indemne, Iron Man se hissa enfin sur la plateforme :
« Niiaahahaha… je vais les détruire tous » ricana-t-il.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:26




Hors Chroniques

Aujourd'hui j'ai un peu fouillé mon disque dur, et j'ai retrouvé un texte un peu plus ancien : le voici !


« La version B2 du Magnagarde est-elle arrivée ?
- Oui, mon seigneur » répondit la voix d’un droïde.

Grevious retint un cri de joie. Enfin ! Depuis le temps qu’il attendait cette version améliorée du Magnagarde, droïde conçu pour lui servir de garde du corps. Le modèle B1 s’était révélé trop lent et incapable de progresser davantage lors des entraînements. La version B2 devrait être plus rapide, plus destructrice, et capable de s’adapter au maniement de nouvelles armes.

Transformé en cyborg, Grevious avait été autrefois un grand seigneur de guerre. Sa vie avait basculé le jour où sa navette s’était écrasée. Les droïdes médicaux avaient réussi à le récupérer avant qu’il ne rende son dernier souffle. Une grande partie de son corps s’était consumée et les ingénieurs avaient réussi à installer son cerveau et ses organes vitaux dans un corps robotique.

Grevious se rendit au hangar de débarquement. Sa base avait été faite pour résister à des assauts de grande envergure et il dût taper plusieurs codes d’accès pour arriver aux différentes salles sécurisées.

Trois Magnagardes B2 trônaient, immobiles, chacun dans un conteneur transparent, attendant d’être activés. Les néons se reflétaient sur le métal noir étincelant dont ils étaient faits. Cela leur donnait un aspect effrayant. Leurs ‘‘yeux’’ verts et leur grande taille ne faisaient qu’augmenter cette sensation. Du liquide verdâtre apparaissait dans deux tuyaux transparents qui reliaient, en arc de cercle, leur ‘‘abdomen’’ à leurs ‘‘omoplates’’. Il s’agissait d’un neuro-poison que les Magnagardes pouvaient disperser sous la forme d’un nuage mortel. Particulièrement toxique, ce poison pouvait, en s’infiltrant par la bouche et les narines, tuer n’importe quel organisme vivant en désagrégeant ses poumons et ses tissus organiques. Leur armement comprenait également des bombes à retardement capables de perforer des portes blindées, un petit pistolet laser (le blaster) et un mini lance roquettes pour s’attaquer aux cibles plus importantes. Une barre de métal, fixée sur leur dos, était munie à ses extrémités d’un générateur électromagnétique capable de désactiver les systèmes informatiques. C’est dire la capacité destructrice de ces machines de guerre.

Grevious était heureux ! Dans quelques heures, il pourrait activer sa nouvelle garde d’élite et l’entraîner pour voir ce dont elle était capable.


Les B2 furent activés et placés sur une plate forme. Grevious leur avait préparé un parcours contenant des dizaines d’épreuves avec des ennemis potentiels. Pour commencer, une horde de ‘‘pullulators’’ fondit sur eux. Ces petits animaux féroces avaient de grandes dents et des yeux flamboyants. Les Magnagardes saisirent leur blaster, et tirant avec une grande précision, ils terrassèrent l’ennemi à une vitesse fulgurante. Grevious lâcha ensuite un ‘‘rancor’’ l’animal le plus grand et le plus monstrueux de la galaxie. Il attendait avec impatience de voir comment les droïdes le maîtriseraient. Les énormes griffes de la bête déchiquetaient tout sur son passage. L’un des Magnagardes fit tournoyer son bâton pour attirer le monstre pendant que les deux autres fixèrent une bombe à retardement sur lui. Blessé par l’explosion, l’animal s’écroula et fut achevé par l’un des droïdes.

Grevious était stupéfait par la coordination et la rapidité de ses Magnagardes.

Ces derniers franchirent avec succès les dizaines d’épreuves suivantes comprenant une multitude de pièges et de nombreux obstacles : portes à déverrouiller, parcours truffés de mines, véhicules à détruire, le tout agrémenté d’une bonne quantité de féroces ennemis.

Grevious était satisfait, il félicita ses ingénieurs et promit de l’avancement à certains d’entre eux. Les Magnagardes, en position de veille, se trouvaient dans la dernière salle du parcours.

Grevious s’adressa à un droïde :
« Préparez le vaisseau amiral, nous allons partir pour Angora 4. Il nous faudra aussi une escorte de six chasseurs. Nous risquons de rencontrer des pirates dans ce secteur !
- Bien mon seigneur. » répondit le droïde.

Grevious entra dans la salle et s’adressa aux Magnagardes :
« Vous allez m’accompagner pour rejoindre une autre de mes bases. Des espions ennemis ont découvert l’emplacement de celle-ci, il faut en changer au plus vite. Nous risquons aussi de rencontrer quelques résistances lors du voyage, soyez vigilants, nous pouvons être abordés à tout moment. »


L’imposant vaisseau décolla. Entièrement noir, ce qui lui permettait de passer inaperçu dans l’espace, il mesurait plus de 1600 mètres de long et ses nombreuses antennes assuraient le brouillage des radars ennemis. Durant le voyage, un ingénieur vint voir Grevious :
« Mon seigneur, sauf votre respect, j’aimerais vérifier l’état des Magnagardes, il est possible qu’ils aient subi quelques dommages pendant ce premier entraînement.
- D’accord, mais faites au plus vite ! ».

Contrairement aux craintes de Grevious, le voyage se déroula sans incident. Ils ne subirent pas d’attaques de pirates et les radars ne détectèrent aucune présence de vaisseaux espions ennemis.


Arrivé sur Angora 4, Grevious ordonna de préparer la salle d’entraînement. Il voulait s’opposer à eux en combat au corps à corps et leur apprendre de nouvelles techniques.

Activant ses deux sabres laser, il se plaça en position défensive, attendant que les Magnagardes viennent à lui. L’un d’eux passa à l’attaque. Grevious para le coup et voulut contre-attaquer, mais un deuxième garde s’interposa et le bloqua. Il sauta, décrivant une pirouette pour s’extraire du piège que lui tendaient les B2 et passa à l’offensive. Les Magnagardes le stoppèrent. Grevious attaqua, frappant sans relâche mais les B2 stoppaient toujours ses coups. Il commença alors à enchaîner des attaques plus complexes. Mais comme les Magnagardes étaient trois, il y en avait toujours un qui arrêtait sa lame. D’un geste, Grevious jeta ses deux sabres lasers à terre, il était trop épuisé. Les B2 étaient vraiment très forts et ils avaient l’avantage du nombre. Si Grevious avait pu les affronter un à un, il les aurait maîtrisés.

Mais, au lieu d’arrêter ce combat d’entraînement, les Magnagardes se tournèrent vers lui, et Grevious vit avec effroi leurs ‘‘yeux’’ virer au jaune. Ils levèrent leurs armes, et l’auraient tué si celui-ci n’avait pas esquivé le coup. Il réactiva ses sabres lasers et effectua une suite de parades en essayant de rejoindre la porte. L’un des B2 passa trop près et Grevious, après l’avoir contourné, le sectionna en deux. Malgré cela, le Magnagarde continua de s’agiter. Grevious l’acheva, et c’est avec un brin d’amusement qu’il regarda les jambes continuer leur marche hasardeuse et se cogner dans chaque mur avant de repartir en sens inverse.

Grevious quitta la pièce et courut au poste des commandes. Il ordonna à un droïde de bloquer toutes les issues de la salle :
« Il se passe quelque chose d’anormal, les Magnagardes ont essayé de me supprimer après l’entraînement, j’ai pu en éliminer un mais les deux autres sont toujours dans la salle.
- Mon seigneur, les B2 n’y sont plus, ils ont fui par une ouverture qu’ils ont créée dans le mur. » annonça le droïde
« Dans ce cas, envoyez une escouade récupérer celui que j’ai abattu. Nous allons l’examiner.
Envoyez-moi aussi les anciennes versions de Magnagardes, j’ai besoin d’une garde rapprochée. Il se peut que ces B2 s’attaquent de nouveau à moi.
- Bien mon seigneur ».


« Les analyses ont révélé qu’une puce de type inconnu était directement connectée au microprocesseur central du Magnagarde. Nous avons vérifié leur structure à la sortie de l’usine et cette puce a forcément été rajoutée par la suite, mon seigneur, déclara un droïde.
- Alors faites venir tous mes ingénieurs, ce doit être l’un d’eux qui l’a insérée, certainement le même qui a révélé la position de notre base aux espions ennemis. ».
Lorsque les ingénieurs arrivèrent, Grevious remarqua immédiatement l’absence de l’un d’eux, celui-là même qui avait procédé à l’examen des B2 au cours du voyage.
« Envoyez une équipe pour le retrouver, je le veux vivant » dit-il en s’adressant à un droïde.


Lorsque les Magnagardes B1 furent là, Grevious se lança avec eux à la recherche des B2.
Ils se rendirent d’abord à la salle d’entraînement. Soudain une porte s’ouvrit et les deux droïdes recherchés apparurent, plus menaçants que jamais. Le combat s’engagea, les B1 avancèrent vers les renégats, brandissant leurs bâtons. Cette parade fut une erreur car les autres purent les encercler attaquant de tout côté. Les B1 avaient du mal à repousser les assauts de leurs ennemis. Grevious, lui, multipliait les feintes et les attaques, frappant à toute volée, mais l’arme des adversaires arrêtait toujours la sienne. Enfin, l’un des B2 hésita après avoir contré une attaque, Grevious profita de l’occasion, il le frappa d’un geste puissant, tranchant en deux la tête de celui-ci. Comprenant que les ennemis le surpassaient en nombre, le dernier B2 prit la fuite et rejoignit la salle des commandes.

C’était la panique ! Les droïdes ouvriers couraient dans tous les sens en le voyant. Grevious se lança à sa poursuite. Soudain, le Magnagarde se trouva face à l’ingénieur qui lui avait implanté la puce et s’immobilisa. Une brume verte les enveloppa.
« Non ! » eut juste le temps de crier le renégat.
Un murmure rauque et inaudible sortit de sa bouche. Il tomba à genoux, se tenant la gorge. Le neuro-poison agissait à une vitesse fulgurante.

Lorsque Grevious arriva, il vit le traître au sol, en train de se désagréger. Sa peau semblait être rongée par des dizaines de ‘‘pullulators’’ invisibles. Le poison s’attaqua aux muscles puis aux os. En quelques dizaines de secondes il n’y eut plus aucune trace du malheureux scientifique.

Grevious vit avec horreur que le Magnagarde avait disparu. Il se lança à sa poursuite avec son équipe. Après de longues recherches, ils finirent par le repérer dans la salle d’embarquement. Celui-ci s’apprêtait à s’emparer d’un vaisseau pour quitter la base. Grevious, arrivant trop tard pour stopper le décollage, grimpa dans une tourelle anti-aérienne et fît feu à plusieurs reprises avec tout l’armement dont il disposait. Le vaisseau évitait les tirs, beaucoup trop lents, du lance obus mais ceux de la mitrailleuse à ions finirent par l’atteindre et Grevious porta le coup de grâce avec un missile explosif. Le vaisseau se désintégra.



Peu de temps après…

« Mon seigneur, l’enquête avance. Nous savons désormais quelles étaient les motivations du traître. Nous avons cherché dans ses effets personnels, et visiblement, il éprouvait une grande haine envers vous. Saviez-vous qu’il avait fait partie des ingénieurs qui vous ont ‘‘reconstruit’’ ? Durant toutes ces années, sa rancune à votre égard n’a pas cessé de croître car il s’estimait lésé. Contrairement à lui, certain de ses collègues ont obtenu des promotions ou des postes plus importants dans la hiérarchie. Il a donc contacté l’ennemi, en lui proposant ses services. C’était pour lui un moyen d’assouvir sa vengeance tout en obtenant une bonne prime. A cause de la puce insérée, vous étiez devenu la cible des Magnagardes. Mais il semblerait qu’un bug se soit produit dans la dernière puce et ait incité le B2 à tuer tous ceux qu’il voyait. Le traître s’est fait prendre à son propre piège. » déclara un droïde.

Soudain, une porte s’ouvrit, des pas de Magnagarde se firent entendre. Grevious sursauta, surpris, puis éclata de rire : c’était la paire de jambes qu’il avait arrachée à l’un des Magnagardes. Celle-ci se dirigea vers un mur, s’y cogna, avant de changer de direction. Puis elle se dirigea aveuglément vers lui et s’écroula comme un pantin.

Grevious se dit que c’était là une bien triste fin pour ces droïdes qui représentaient le couronnement de sa carrière en matière de conception. Il allait falloir se remettre à la tâche au plus vite. Cette déception n’allait certainement pas freiner ses ambitions !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Invité le Dim 13 Avr 2014 - 12:27

Delta Squad : Secret Ops

Une courte nouvelle faisant référence au passage d'un membre dans notre clan : Julien III !


« J’ai la cible en visuel, chef, annonça Paundarlo, un seul mot et je la désintègre.
- Moi aussi, je tiens l’objectif au centre de mon réticule » poursuivit Supralord.
Il assura sa prise sur son blaster DC-17 modifié en sniper de précision. Il était allongé sur le toit d’une des maisons de Detrak Port, petite ville de la planète Merelaan.

Supralord se retint encore quelques secondes, puis, n’y tenant plus, il lâcha dans le comlink intégré de son casque :
« Chef, vous pouvez dire à Paund d’arrêter sa mascarade ? C’est vraiment pas sérieux là. »
Posté dans un autre bâtiment situé un peu plus loin, Robiwan soupira :
« Paund, remballe ton bazooka. Ce n’est pas vraiment l’arme appropriée pour cueillir une cible à 700 m de distance.
- Mais chef, rétorqua Paundarlo, c’est un canon portatif à ogives, doté d’un cadran de verrouillage Carmaire. Avec ce joujou, je parie que je suis aussi précis que Supra.
- Pas de mais, le coupa Robiwan. Il nous faut la cible vivante, pas hachée en lamelles. Rejoins-moi, je suis en train d’avoir une meilleure idée pour appréhender notre bonhomme. »

Avec un grognement, Paundarlo déverrouilla son lance-roquette et se replia en rampant. A ses côtés, Supralord ricana :
« Tu tenteras ta chance une autre fois Paund, quand on sera sur un assaut frontal. Tu sais, tes opérations fétiches, avec discrétion niveau wampa et stratégie ‘Foncez dans le tas‘. »
Paundarlo allait répliquer mais Robiwan coupa court à leur début de querelle :
« Du calme, vous deux. Supra, connecte-nous, je veux voir et entendre ce que fait notre type. »

Supralord cligna des yeux pour activer les options de son sniper. Doté de capteurs oculaires, le casque de son armure Katarn, petit bijou de technologie, était commandé par les mouvements des yeux. La caméra binoculaire du sniper permettait d’afficher le réticule et la cible directement sur la visière du casque, avec un zoom automatique et la meilleure netteté. Supralord gardait ainsi en permanence un œil sur leur bonhomme, même en tournant la tête. Il avait été rattaché à la Delta Squad pour cette mission particulière.

Situé juste sous le canon, un laser invisible pointait la cible, et retransmettait les vibrations de la surface impactée. Le signal était ensuite filtré pour ne conserver que les fréquences vocales. Supralord pouvait ainsi entendre l’homme parler comme s’il était en train de discuter avec lui. Il transmit le flux vidéo au reste de l’escouade. L’image du bonhomme s’afficha dans le casque de Robiwan. Il venait de garer son speeder et se dirigeait vers un groupe peu engageant.

Soudain, Lucanakin posa le bras sur l’épaule de Robiwan :
« Chef, j’ai une communication du Maréchal en personne. Je vous le transmets ?
- D’accord » répondit-il.
Il était rare que le Maréchal les contacte directement sur le terrain, mais il s’agissait cette fois d’une opération très spéciale, tenue secrète même au sein de la hiérarchie. Seul le Maréchal, qui avait planifié la mission, et les membres de l’escouade Delta, étaient au courant.

Lucanakin stabilisa la liaison. Le visage de Mando apparut en transparence sur la visière de Robiwan. :
« Mes respects, Maréchal, salua-t-il.
- Bonjour, Delta Squad, répondit Mando. Comment se passent vos vacances ? »
Robiwan eut un sourire. Officiellement, ils étaient en vacances sur Pokitaru. Mando avait même bidouillé de fausses holovidéos pour que personne ne pose de questions.
« Pas mal, l’eau est bonne, le sable est chaud, et Paund a attrapé un petit calamar mutant à mains nues. On vous enverra une carte postale.
- Trêves de plaisanteries, changea soudainement de ton Mando. Vous l’avez repéré ?
- Oui, nous sommes sur le point de l’appréhender.
- Parfait, je vous laisse à vos ‘vacances‘. »
Il coupa la communication.

Robiwan se retourna vers Lucanakin. Paundarlo venait d’entrer dans la pièce. Par le comlink du casque, Supralord annonça :
« La cible a pris contact avec le groupe. Apparemment, il ne les connaît pas, il cherche juste la bagarre.
- Comme toujours. » répondit Robiwan en souriant.
Il exposa son plan à l’escouade :
« Paund, tu vas t’infiltrer jusqu’au speeder et le miner. Ainsi, on pourra le faire exploser s’il semble vouloir fuir avec. Ensuite, Paund, Luc et moi-même allons lui dire un bonjour, et Supra nous couvrira au sniper au moindre problème. »
L’ensemble de la team acquiesça.

L’homme qu’ils pistaient était du genre bagarreur. Il semblait adorer attirer les ennuis. Progressant discrètement en longeant les murs, Paundarlo entendait toutes les paroles via la retransmission de Supralord. Le bonhomme aimait démontrer sa supériorité et était à l’origine de pas mal d’émeutes et meurtres sur des planètes voisines. En général, il provoquait, insultait, puis dégainai son sabre pour faire taire les autres, ou les tuer quand lui en prenait l’envie. Comment se l’était-il procuré ? Il n’était ni Jedi ni Sith, et ne maitrisait pas la force. La Delta Squad le pistait depuis quelques temps. Aujourd’hui était venu l’heure de mettre un terme à cette escapade mortelle.

Vêtu d’une toge et d’un capuchon dissimulant son armure et son casque, Paundarlo approcha du speeder de l’homme pisté. Ce dernier lui tournait le dos à l’autre bout de la rue. Les insultes commençaient à fuser entre lui et le groupe de mercenaires. Vérifiant que personne ne regardait dans sa direction, Paundarlo s’accroupit et roula sous le speeder.

Il sortit un détonateur de son pack et le fixa sous le véhicule. Il entendit Lucanakin murmurer dans le comlink :
« Un peu plus haut ».
Paundarlo fronça les sourcils, décrocha sa bombe, et la mis un peu plus près du siège du conducteur.
« Mmmh, un peu plus bas » marmonna Lucanakin. Paundarlo soupira et réajusta la position de l’engin explosif.
« Rhaaaa ! C’est trop bas maintenant ! » grogna Lucanakin.

Paundarlo explosa :
« Faudrait savoir ce que tu veux, Luc. Depuis quand es-tu expert dans le placement des mines ?
- Pardon ? Je réglais juste la climatisation interne de mon armure, répondit-il, impossible d’obtenir la température idéale. Euh… continue ton boulot, Paund. »
Paundarlo lâcha une bordée de jurons agrémenté de divers noms d’oiseaux, et décida que, finalement, sa bombe était très bien mise.
« C’est fait, chef, annonça-t-il dans le micro de son casque.
- Très bien, répondit Robiwan. Luc et moi sommes déjà en position autour de notre homme. Ca commence à s’envenimer sacrément. Dès que tu nous rejoins, on lui saute dessus. »

En effet, la cible et le groupe commençaient à en venir aux mains. Robiwan l’entendait très bien vociférer :
« Bande de rageuses ! De toute façon, vous êtes que des merdeux, je vous nique tous ! »
Il dégaina son sabre laser et l’agita dangereusement en tout sens. Robiwan cria alors dans son micro :
« GO GO ! Luc et Paund ! »
Les trois soldats se mirent à sprinter vers l’objectif. Ce dernier, voulant trancher ceux qu’il avait provoqué, leva bien haut la lame étincelante. Soudain, venu d’on ne sait où, l’éclat d’un tir de sniper transperça le sabre qui explosa.

« Joli tir, Supra » commenta Robiwan. Le bonhomme observa sa main d’un air hébété, les passants et les mercenaires aussi.
« Ecartez-vous, mission de la République ! » cria Robiwan tandis que Lucanakin percutait l’homme et l’envoyait rouler au sol d’un bon coup d’épaule. Les trois soldats se jetèrent sur lui et le rouèrent de coups tandis que l’homme, tentait de se défendre vainement en gueulant :
« Branleuses ! Salopards ! Vous vous en prenez à moi ! Vous ragez derrière vos casques ! »
Quand il fut groggy, Robiwan se releva :
« C’est bon il a son compte. »
Paundarlo donna encore deux gros coups de pieds dans le ventre du type :
« Désolé, chef, mais c’est bon pour mes nerfs ! »

Ils adossèrent l’homme dans une ruelle et Robiwan se pencha vers lui :
« Bonjour Julien III ! Comment tu vas ?
- Ta mère c’est Gollum ! gémit-il, cassez-vous bande de suceuses à Hutts.
- Désolé, on va un peu t’emmener avec nous…
- Pour son speeder, je fais quoi ? demanda innocemment Paundarlo
- Il n’en aura plus besoin, jugea Robiwan, fais le sauter.
- Avec plaisir ! C’est bon de faire régner l’ordre et la justice. »

* * *

Mando leva son verre : « je porte ma bière à la réussite de cette mission ! »
Toute l’escouade acquiesca et ils burent. Assis dans la cantina, Mando demanda :
« Et ensuite, vous avez fait quoi de Julien ?
- On l’a attaché à notre speeder et on l’a trainé un peu. Et après, on a fait une partie de bombes à eau sur Mon Calamari, répondit Robiwan.
- et après on l’a emmené sur Hoth, poursuivit Lucanakin, pour une partie de boules de neiges.
Mando sourit :
- il a réussi à vous toucher ?
- oh, c’est difficile de tirer avec les mains liées dans le dos, ricana Paundarlo.
- et quand sa langue a commencé à devenir elle aussi bleue, on l’a ramené au vaisseau, poursuivit Lucanakin.
- Ensuite, on a fait une partie de boules de sable sur Tatooine. Il avait la bouche pleine de sable et a pris plusieurs coups de soleil !
- Encore qu’on savait pas trop car avec toutes le sang qu’il avait déjà, les éraflures et les bleus, on avait du mal à voir.
Mando interrogea :
- Et pour finir, vous en avez fait quoi ?
- On l’a laissé à Supra, ça lui faisait tellement plaisir… » répondit Robiwan.

* * *

A l’entrainement des disciples impatients :
Supra : Bonjour à tous, je suis le Captain Supra !
Les disciples : bonjour maître.
Supra : aujourd’hui, entrainement spécial, j’ai lâché un dangereux exhibitionniste dans la forêt de Yavin. Votre but sera de le toucher comme en situation réelle. Vous disposerez de Fusils à peinture et de Tazers. Ce n’est pas mortel mais ça fait très mal.
Un des disciples : c’est quoi un exhibimachin ?
Supra : un type qui se promène à poil.
Un autre disciple : et il est dangereux ?
Supra : bof il peut pas faire grand-chose, ses mains sont attachées dans le dos. Bien, c’est 10 points chaque fois que votre tir le frappe, et 50 points si vous touchez les boules. Le dernier paye la pizza à toute l’équipe !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques de l'Ancien Clan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum